Cameroun,USA :Lettre d´un ex-militaire à Barack Obama :Renoncer à inviter Paul Biya au sommet extraordinaire USA-Afrique

En bon visionnaire que vous êtes, nous vous prions d’examiner le futur immédiat de notre demande, qui consiste en l’annulation de l’invitation du Président éternel Paul Biya, au sommet bilatéral USA-AFRIQUE et d’en tirer les leçons nécessaires".

Patrice nouma260314300

A LA HAUTE ATTENTION de Monsieur BARACK OBAMA

Président des Etats-Unis d’Amérique

Lettre Ouverte

Objet : Demande de renoncement à l’invitation du Président Paul Biya au sommet extraordinaire USA-AFRIQUE, prévu en août prochain à Washington.

Excellence, Monsieur le Président,

C'est pour nous un insigne privilège de vous écrire, car vous reflétez la grandeur de l'histoire et de la diversité qui définit les Etats-Unis et ses relations avec le monde, notamment l’Afrique. Vous représentez également, par vos hautes fonctions et par les responsabilités qu’ils induisent, les nobles objectifs qui sont les vôtres. Il s’agit somme toute d’une des promesses majeures faite à l’humanité tout entière, qui se décline en cette quête inlassable du bien-être et du développement citoyen.

Aussi avons-nous souhaité, à travers cette énième correspondance, faire corps avec nos convictions, faire chorus avec le peuple camerounais, sa Diaspora, qui via la société civile, les partis d’opposition, des leaders d’opinion éclairés ne cessent de pousser des cris d’orfraie, de gémir, d’enrager et d’articuler un discours et une démarche de renaissance de ce pays pris dans les rets d’un pouvoir interminable, plongé dans l’arbitraire judiciaire, des assassinats ciblés, mais aspirant à retrouver son lustre, réaliser son potentiel et accomplir son destin.

Excellence, depuis l’annonce du sommet bilatéral Etats-Unis-Afrique, vous êtes certainement destinataire de lettres de protestation, de demande de soutien, d’éclairage venant d’une pléiade d’associations, de comités, de partis et de groupes d’intérêt camerounais, Vous appelant à renoncer à inviter certains Présidents, à l’instar du Président éternel camerounais, Son Excellence Paul Biya, à prendre part à ce sommet extraordinaire USA-AFRIQUE. Si les sujets sont divers, épousant la complexité géopolitique de ce pays, un dénominateur commun transparaît tout de même : la dénonciation d’une gouvernance autocratique, d’une corruption organique éhontée, d’une justice à plusieurs vitesses et des abus de droits de l’homme en tout genre.

Monsieur le Président, Aucun africain, imprégné de l’esprit des Lumières, féru d’humanisme ou pétri des valeurs fondamentales du continent, ne saurait rester insensible face à vos actions en faveur du continent africain et du peuple africain. Celles-ci obéissent à une nouvelle doctrine dont le bénéfice est reconnu, et laissent augurer des lendemains meilleurs dont la seule garantie réside dans le renouvellement profond du paysage politique.

En effet, Le 3 août 2010, à Washington, vous avez reçu les jeunes leaders africains ; ce fut un acte fort de symbole et de sens qui, sur la forme, posait ainsi les bases d’une Afrique nouvelle, d’un espoir renouvelé de la Jeunesse Africaine. Lors d’un de vos voyages en Afrique, au Ghana précisément, nous avons retenu, Monsieur le Président, cette phrase de vous, qui est resté gravée dans nos mémoires, et inscrite à jamais dans nos gênes de l’espoir comme étant l’adrénaline de notre action : « les peuples n’ont pas besoin d’hommes providentiels, mais des institutions fortes ».

Monsieur le Président, si vous recevez le Président éternel Paul Biya, celui-ci sera conforté dans son siège de l’homme fort, une position bien entendu incompatible et contraire à vos convictions et votre vision de la démocratie. Nous sommes persuadés, Monsieur le Président, que vous ne saurez rester insensible face aux manquements gravissimes à certains de vos principes essentiels, qui apparaissent clairement sur le site internet du Département d’Etat ainsi qu’il suit : “Promouvoir la liberté et la démocratie et protéger les droits humains à travers le monde sont au cœur de la politique étrangère des Etats-Unis. Les valeurs consignées dans la Déclaration Universelle des droits de l’homme et dans d’autres engagements mondiaux et régionaux sont compatibles avec les valeurs sur lesquelles les Etats-Unis ont été fondés il y a des siècles.

Les Etats-Unis soutiennent les personnes qui aspirent à vivre en liberté et sous l’encadrement de gouvernements démocratiques, qui protègent les droits humains universellement reconnus. Les Etats-Unis utilisent une large gamme d’outils pour promouvoir la liberté, dont la diplomatie bilatérale, l’engagement multilatéral, l’aide étrangère, l’établissement de rapports et la sensibilisation du public. Les Etats-Unis sont déterminés à œuvrer de concert avec les partenaires démocratiques, les organisations Internationales et régionales, les organisations non gouvernementales et les citoyens engagés pour soutenir tous les peuples qui sont en quête de liberté”.

Ces principes sont bafoués et piétinés au Cameroun par le Président éternel Paul Biya, contre lequel nous demandons purement et simplement l’annulation de sa participation au sommet extraordinaire prévue à Washington en août prochain. Monsieur le Président, La constitution Américaine impose une limite de deux mandats à tout Président américain en exercice, quel que soit son bilan et sa capacité à diriger les Etats-Unis d’Amérique. Pourquoi, la première puissance mondiale, garante de la démocratie, des droits de l’Homme, des libertés individuelles dans le monde, devrait-elle se soumettre à la dictature de certains Présidents africains qui imposent leurs lois et leurs démocraties entièrement à part, tout en jouant sur la scène politique internationale, en s’éternisant au pouvoir et en empêchant ainsi tout processus démocratique normale de prendre forme.

A dire vrai, le Cameroun vit sous la férule d’un système qui a consacré le pouvoir d’un seul monarque. Une sorte d’absolutisme tropical, confondant la clé de voûte que représente le président de la République dans un système présidentiel, au blason d’un Roi Soleil de qui procède tout, qui régule tout, décide de tout et fige tout. Notre pays, le Cameroun, connaît tous ces travers notamment les violences faites à la démocratie : Trucage des urnes et manipulation des listes électorales ; les inégalités se creusent. Dans la rue, homosexuelle et présumés voleurs sont lynchés.

La corruption enfle. La longévité du président au pouvoir exaspère. Le gouvernement est pléthorique, absorbant les ressources et n’arrivant pas à traduire les objectifs de développement dans les faits. En vérité, ce pays a besoin d’un souffle nouveau. En revisitant la coopération, en exerçant davantage de pressions, en maintenant une position de fermeté, en refusant sa participation à ce sommet extraordinaire, ce sera évidemment une victoire pour la démocratie et la cohérence de vos convictions et de vos actions d’homme d’Etat pragmatique. Une espérance que partage tous ces valeureux Camerounais, et Américains amis du Cameroun. Nos deux peuples ont besoin de se retrouver autour de ces valeurs de démocratie, de respect des Droits de l’Homme et cohésion sociale, et écrire ensemble une nouvelle page de l’histoire Camerouno- Américaine

. Monsieur Paul Biya a hérité du pouvoir le 6 Novembre 1982 et trône jusqu'à ce jour. Dans les arcanes du pourvoir depuis 50 ans, il conduit une dictature nourrie depuis plus de 32 ans. Le président éternel Paul Biya a depuis 50 ans fait partie de la haute administration camerounaise, ayant occupé tous les postes importants à la Présidence depuis 1962, vous aviez alors à peine deux ans d’âge, car vous êtes né le 04 Août 1961. Dès lors, l’éternel Président connaîtra tous les chefs d’Etat, américains, français, allemands, russes et plusieurs autres, à travers leur alternance, sans sourciller. A l’âge de quarante-deux (42), j’ai connu un seul président et un Américain du même âge que moi en a connu cinq (05).

Depuis 1968, le Président éternel du Cameroun, Monsieur Paul Biya a connu et traité avec les Présidents américains suivants : Lyndon B. Johnson, 1963-1969; Richard Nixon, 1969-1974; Gerald Ford, 1974-1977; James Carter, Jr. 1977-1981; Ronald Reagan, 1981-1989; Georges H.W. Bush, 1989-1993; William J. Clinton 1993-12001; George W. Bush 2001-2009; Barack H. Obama 2009-2016. De son côté, un Russe du même âge que moi a connu le leadership suivant : Yuri Andropov, Secrétaire général (1982-1984), Konstantin Chernenko, leader de l’URSS (1984-1985), Mikhail Gorbachev, leader de l’URSS (985-1991), Boris Yeltsin, premier Président démocratiquement élu (1991-1999), Vladimir Putin, Président (1999-2008), Dmitry Medvedev, Président (2008-2012), Vladimir Putin, Président (2012 à ce jour) En France, Monsieur Paul Biya a connu les Présidents Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et présentement François Hollande.

Monsieur Paul Biya est-il accro au pouvoir ou a-t-il une obsession du pouvoir ? Ceci est très pathétique. Alors, Excellence, Monsieur le Président, en bon visionnaire que vous êtes, nous vous prions d’examiner le futur immédiat de notre demande, qui consiste en l’annulation de l’invitation du Président éternel Paul Biya, au sommet bilatéral USA-AFRIQUE et d’en tirer les leçons nécessaires. Nous espérons vous avoir suffisamment édifié sur la question et vous prions de croire, Excellence, Monsieur le Président, en l’expression de notre très haute considération des valeurs et les traditions qui sont les nôtres, les vôtres, pour que triomphe la démocratie dans le monde en général et en Afrique en particulier.

© Camer.be : Patrice Nouma

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau