Cameroun - Socam: Ndedi Eyango accusé de faux

Le collectif des avocats du Ministère des arts et de la Culture a reçu mandat de le poursuivre en justice. Ndedi Eyango est un fraudeur et un faussaire.

Il a produit des faux documents pour être éligible au conseil d'administration de la Socam. Démasqué, il veut induire tout un pays en erreur. D'où sort-il qu'un étranger vienne diriger dans notre pays? Il est temps que cela cesse et qu'il réponde de ses actes au lieu d'accuser le Minac de l'avoir épingler». C'est en ses termes que s'est exprimé Me Charles Tchoungang, le représentant du collectif des avocats du Ministère des Arts et de la Culture (Minac), lors de la conférence de presse qu'il a donnée lundi 13 janvier 2014 à Yaoundé. Muni de plusieurs documents, dont le procès-verbal et la correspondance de l'ambassadeur du Cameroun aux Etats-Unis constatant la nationalité américaine de Ndedi Eyango, les photocopies de la carte d'identité nationale, de bulletin N°3 et du certificat de nationalité camerounaise de Ndedi Eyango, le conseiller du Minac a tenu à expliquer une situation qui ne cesse de s'enliser au quotidien.

«La Ministre tient à clarifier vis-à-vis de l'opinion publique qu'elle n'a aucun problème avec les artistes camerounais, mais qu'elle souhaite que ceux qui sont dans la légalité républicaine puissent accéder à leurs droits sans difficulté», a-t-il expliqué au sortir de cette conférence. Il poursuit d'ailleurs en disant qu'il n'est pas interdit à Ndedi Eyango de travailler au Cameroun, mais la loi camerounaise l'empêche d'être président ou vice-président de la Socam. Suite à la plainte en annulation de la décision N° 0060/MINAC/CAB du 23 décembre 2013 déposée par Ndedi Eyango au parquet, les avocats du Minac ont décidé de réagir. Ils ont entamé une procédure judiciaire pour démontrer les stratégies utilisées par Ndedi Eyango pour se procurer des pièces que seul un citoyen camerounais peut bénéficier.

«Pour l'instant, nous sommes en contentieux et nous attendons la décision du Tribunal. Nous avons reçu mandat d'engager des poursuites contre lui et c'est ce que nous avons fait». Sur une copie de la correspondance de Joseph Bienvenu Charles Foe Atangana, ambassadeur du Cameroun aux Etats-Unis datant du 13 novembre 2013 et adressée au Minac, on peut lire que Pierre Adolphe Ndedi Eyango est titulaire d'un passeport américain, qu'il a bénéficié d'un visa d'une durée de trois mois depuis le 10 juillet 2009 et qu'il se trouverait actuellement en situation irrégulière au Cameroun.

© Jeanne Ngo Nlend | Le Jour

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau