Cameroun - Saïd Mbombo Penda: «La France a aidé Gbagbo à arriver au pouvoir malgré les protestations de Ouattara et Bédié»

Le réalisateur revient sur les contours de sa production artistique

Gbabo

Qu’est-ce qui motive la production d’un documentaire sur l’ancien chef de l’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo?

En tant que journaliste qui joue un rôle de sentinelle, j’ai pensé qu’il est important de dévoiler le gros mensonge et la monstrueuse escroquerie Laurent Gbagbo. Au delà de la perception populaire, ce monsieur qui jouit d’une trop grande célébrité au Cameroun, ce qui est le contraire dans son pays la Côte d’Ivoire a abusé des Camerounais et de nombreux Africains. L’imposture Gbagbo a beaucoup prospéré au Cameroun et parfois même grâce aux Camerounais. Pour ma part, ce n’est que justice que l’action qui fait tomber le masque vienne plutôt d’un citoyen africain originaire du Cameroun. Je suis panafricaniste et je rêve du jour où je pourrais brandir mon passeport africain.

L’on pourrait vous opposer le fait que Gbagbo n’est pas le seul chef d’Etat africain à faire le jeu des intérêts français?

Mon film est une mise en garde adressée à tous. A tous les marchands d’illusions comme Laurent Gbagbo qui devraient savoir que, quel que soit le bel habillage du mensonge qu’on peut servir aux Camerounais, il se trouvera toujours quelques hommes et femmes dans ce pays de grands hommes pour dévoiler la supercherie. Il faut par ailleurs admettre que l’ingérence française est encore très présente en Afrique. C’est une situation différente dans les anciennes colonies anglaises. On est fondé de dire que la France va souvent par la porte pour revenir par la fenêtre.

Quel parallèle peut-on faire entre la crise centrafricaine et la situation que la Côte d’Ivoire a connue?

La réalité c’est que c’est la France qui a aidé Gbagbo à arriver au pouvoir malgré les protestations de Ouattara et Bédié. C’est la France qui, au cours de cette période, impose aux protestataires d’accepter Laurent Gbagbo. Donc il faut reconnaitre que la France a finalement joué un rôle important dans la crise ivoirienne. On est passé à côté d’un génocide qui aurait été pire que celui du Rwanda. En Centrafrique, on a bien l’impression que c’est tout le contraire.

A l’observation, l’opération française a été très mal engagée. La France y est allée dans la précipitation. Nous sommes effectivement dans une situation où les Centrafricains peuvent penser, à juste titre, que l’armée française est venue défendre les chrétiens au détriment des musulmans. C’est une situation que la France doit corriger au risque de se retrouver dans une situation pire que celle que les Etats-Unis ont connue en Somalie. Il faut remarquer que les musulmans de Centrafrique qui sont bien Armés peuvent compliquer cette situation et rendre le pays invivable.

© Joseph OLINGA N. | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau