Cameroun: Peine de mort pour le meurtrier de veuve Moumié

marthe-moumie-upc-225.jpg

Sentence prononcée jeudi 23 mai dernier par le Tribunal de grande instance de la Mvila siégeant en matière criminelle.

Un vent froid a enveloppé la salle d’audience du palais de justice d’Ebolowa, jeudi dernier. Grave dans le ton, la juridiction, siégeant en matière criminelle, a rendu son verdict dans cette affaire mettant en cause Franck Eboutou Minla’a, accusé du meurtre de Madame Moumié Marthe née Ekemeyong. Le tribunal, statuant publiquement et contradictoirement, a dit le droit à l’unanimité des membres du collège pour déclarer le prévenu, coupable du crime de vol aggravé et du délit de viol tels que prévus et réprimés dans les articles 74, 296 et 320, alinéa 2, du Code pénal. Franck Eboutou Minla’a, qui peut faire appel, a été condamné à la peine de mort.

Le nombreux public présent n’a cependant pas manqué de relever que le condamné est resté calme à l’énoncé du verdict. Les faits, se souvient-on, remontent à la nuit du 8 au 9 janvier 2009. Franck Eboutou Minla’a, connu dans la famille et le voisinage des Moumié, s’introduit dans le domicile de la septuagénaire. Il vient y voler un téléviseur, quelques CD… Car, il dit vouloir se faire un peu d’argent afin de relancer ses activités commerciales.

Dans son entreprise, il est surpris par la veuve Moumié, qui à cette heure, ne dormait pas encore. Dès lors, tout est allé vite. Le jeune homme étrangle la septuagénaire qui, selon les médecins légistes, rend l’âme immédiatement. C’est alors que Franck Eboutou Minla’a entreprend de violer la vieille dame. Les tests, effectués à l’Institut Pasteur de Yaoundé, vont le prouver lors de l’instruction. La grande démonstration de ce qui s’était réellement passé a été faite lors de la reconstitution des faits, quelques semaines plus tard.

© Aimé-Francis AMOUGOU | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau