CAMEROUN - PÉDOPHILIE : UN PASTEUR VIOLE SA FILLE DE 13 ANS

eglise-3.jpg

Adrien Mbena Ndomo médite son sort depuis quelques jours à la prison de Ntui, chef-lieu du département du Mbam et Inoubou.

Selon le récit du délégué départemental de la communication du Mbam et Inoubou, Paul Alain Abena, l’infortuné, pasteur dans une église dite de réveille ouverte dans la localité depuis quelques années, vivait avec sa fille de 13 ans, fruit d’une première union.

L’homme de Dieu a déclaré son adolescente possédée par des démons qu’il a décidé de chasser. Plus d’une dizaine de séances d’exorcisme étaient alors nécessaires pour ce cas. A la fin de ce «traitement», la fille, élève au Cours moyen I à l’école catholique de Ntui rend visite à sa mère qui vit dans un autre quartier et elle va lui faire part de sa joie de se voir enfin délivrée des mauvais esprits qui l’habitaient.

La mère va lui demander de lui décrire comment se sont déroulées les choses. La gamine va donner tous les détails. Après l’avoir bien suivie, la génitrice ira porter plainte contre son expartenaire. D’autres témoignages vont révéler que le pasteur n’était pas à son premier forfait.

Plusieurs adolescentes, que lui confiaient des membres de son église sont tombées dans son piège. Il a été transféré à la prison de Ntui où il est accusé de viol et de pédophilie. ©

Mutations : A.E.M

Commentaires (4)

1. berthol 16/03/2013

yes ooh mem ls pasto? et de surcroi sa prope fille. c monde est pouri

2. sophie pag 18/03/2013

cest simplemt pathétik. le cameroun est vraimt pouri...

3. CASTRO Sylvie 14/07/2013

ce n'est pas spécialement le cameroun, le mal est partout, mais le bien aussi heureusement.
Pour ce qui se passe en France, j'ai recueilli des témoignages dans mon livre : Espoir aux Frontières de l'Irréparable, vous verrez que chez nous c'est gratiné aussi.
Un réseau se tisse en France pour aller de l'avant et combattre "le mal", on a du travail sur la planche, c'est sûr.

4. Elie 05/10/2016

MondeDemain.org
TomorrowsWorld.org

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau