CAMEROUN - OPÉRATION ÉPERVIER : LIBOM LI LIKENG À NOUVEAU ENTENDUE À LA PJ

libom-likeng-minette-douane.jpg

La Dg des Douanes s’y est encore rendue, jeudi dernier. Rien n’a filtré sur les motifs de cette autre convocation.

Mais, quand on compte bien, c’est la deuxième fois en un laps de temps court que Mme Li Likeng est auditionnée. Simplement significatif ! Les jours se suivent et se ressemblent visiblement pour Mme Libom Li Likeng, désormais soumise à une remarquable et remarquée navette entre ses bureaux (situés à Yaoundé Bastos, face ambassade de Chine) et la direction de la police judiciaire du Centre (Dpj), sise au quartier Elig-Essono, à Yaoundé.

Le 28 février 2013, le Dg des Douanes a été une fois de plus aperçue dans les locaux de la Dpj, après y avoir été «cuisinée» le 19 du même mois.

De cette dernière audition, La Météo n’apprendra pas grand-chose, si ce n’est qu’au terme de l’interrogatoire, l’enquêteur a prié Mme le Dg des Douanes de «rester à sa disposition ». Si jamais cette information se révèle authentique, la première conséquence, somme toute logique d’ailleurs, en est que Mme Libom ne peut dès lors sortir du pays, sauf autorisation expresse. Aucune des sources policières, haut placées, contactées par votre journal n’a confirmé ni infirmé le retrait du passeport de la grande prêtresse des Douanes. Pourtant, on voit mal cette dernière conserver ses pièces de voyage après que les responsables de la Dpj l’eussent demandé de se tenir à disposition.

«Affaire des 09 milliards»

Un grand mutisme enveloppe, pour l’instant, les raisons précises de l’audition de jeudi dernier de la patronne des Douanes. Mais, la rumeur toujours en avance sur la vérité laisse entendre que cette seconde audition, autant que la première, aurait porté sur les «09 milliards» subrepticement détenus, via un de ses comptes, par un des fils de Mme Libom. Lequel passe pour être un simple étudiant aux Etats-Unis. La Météo, dans sa livraison du 25 février, s’était faite l’écho de cette affaire mise en branle, dit-on, par le Fbi (police fédérale américaine) et creusée côté Cameroun par la Dpj. L’argent du contribuable aurait-t-il servi à garnir un compte privé ? Est-on en présence d’un détournement de fonds publics en bande organisée ? En dehors de dame Libom Li Likeng et de son fils aîné Ezéchiel Dissacke Delon, qui sont les autres maillons de la chaîne de ce qui, de prime abord, a toutes les allures d’un vase communicant entre les caisses de la Douane camerounaise et des caisses privées ? Autant de questions qui en appellent d’autres. Cependant, le moins qu’on puisse en tirer est que la présence répétée de l’épouse du célèbre pasteur Libom Li Likeng à la Dpj ne plaide pas en faveur de son innocence. A moins d’un coup de théâtre.

Toutefois, une autre rumeur- curieusement bien entretenue celle-là veut faire croire que la raison des convocations de la mère de Dissack Delon réside dans une affaire d’importation illicite de diamants, ceci au su d’un cadre des Douanes corrompu. Mme Libom Likeng n’aurait dans cette affaire qu’une responsabilité morale, parce qu’elle est quand même la directrice générale des Douanes. Une thèse mal ficelée, puisque selon nos informations et au stade actuel des enquêtes, aucun autre cadre des Douanes en dehors de Mme Libom n’a fait l’objet d’audition à la Dpj. Si sa responsabilité est d’ordre moral, celui dont on dit la sienne d’ordre pénal aurait dû y passer depuis belle lurette. Un silence qui vaut son pesant d’or : celui de la Dg incriminée qui regarde, en spectatrice, cette guerre des rumeurs alors qu’elle en est concernée au premier chef.

© La Météo : Mamouda Labaran

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau