CAMEROUN/MINETTE LIBOM LI LIKENG: "JE N’AI PAS DÉTOURNÉ 9 MILLIARDS"

libom-likeng-minette-douane.jpg

"Internet est un grand village où on peut aller mettre n’importe quoi. Des choses se disent, j’ai même entendu que j’ai fui, me voici».

Minette Libom Li Likeng réagit à une question de journaliste qui l’interpelle au sujet d’une information publiée dans des journaux en ligne et imprimés lui imputant un détournement de neuf milliards de F Cfa. Des parutions comme La Météo laissent entendre que la DG des Douanes (DGD) garderait cet argent aux Etats-unis dans un compte au nom de son fils résidant dans ce pays.

Le passage de la patronne des Douanes à la direction de la police judiciaire le 19 février dernier n’a fait que conforter les tenants de ce «scoop» qui voient en cette audition, la confirmation de leurs allégations et la chute très prochaine de Minette Libom Li Likeng.

Plainte

Le quotidien La nouvelle expression d’hier laisse entendre que la DGD a été entendue comme témoin dans une affaire de marchandises déclarées en transit pour le Tchad, mais qui n’auraient pas franchi la frontière, faisant perdre d’importantes sommes d’argent au Cameroun. Et selon les sources du journal, l’affaire remonte à 2006, alors que Minette Libom Li Likeng n’était pas encore DGD.

Mais pour le journal de Mveng, il ne s’agit que d’une tentative de manipulation de l’opinion. Tout compte fait, tranche Minette Libom Li Likeng, «le Cameroun est un Etat de droit où une campagne a été lancé contre la corruption, je fais confiance à notre pays. Ceux qui croient faire de bonnes affaires en m’indexant, je ne suis pas le premier cas, J’ose croire que vous les journalistes allez réagir.

En tout cas, ce n’est pas moi qui irai porter plainte à un journaliste qui veut s’égarer». Surtout que hier, 04 mars2013, elle avait mieux à faire. La DGD recevait en effet le premier prix femme d’intégrité décerné par Fem anticor, un réseau de femme créé en 2011. L’association justifie son choix par le fait que Minette Libom Li Likeng a été un modèle de probité pour les femmes camerounaises tout au long de l’année 2012.

«Sa bonne gouvernance à la tête de la DGD et son comportement civique laïque et engagé au sein de l’Eglise presbytérienne du Cameroun sont autant d’arguments qui ont milité en faveur de son élection.» Elle a de ce fait reçu un diplôme, une tenue, une étole et un chapeau de dignitaire de lutte contre la corruption des mains de Charles Nguini, le président de la branche camerounaise de Transparency international, choisi par le réseau pour sa posture d’«homme indomptable de la lutte anticorruption et de la gouvernance ».

© L`Actu : Cathy Koum

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau