CAMEROUN - MIMBOMAN CHAPELLE : Un enfant retrouvé mort près d’un cours d’eau

bidonville-yaounde241110500.jpg

La découverte macabre a été faite par les populations du quartier des églises, samedi 26 janvier 2013 au matin. Encore Mimboman ? Des enfants commissionnés par leurs mamans allaient chercher les légumes au champ avant-hier matin.

C’est alors que sur le chemin, ils aperçoivent près du cours d’eau qui sépare les quartiers Mimboman et Biteng dénommé « Mendim-Megini » (qui signifie l’eau noire en langue béti), le corps sans vie d’un enfant dont l’âge oscille entre 9 et 12 selon les estimations des sapeurs pompiers arrivés sur les lieux 1 heure après la découverte.

Même si l’on n’a pas pu identifier le corps, on pouvait tout de même remarquer beaucoup de sang sur la culotte que portait le défunt.

Peut-être aurait t-il subi une autre pratique magico-rituelle à l’instar de celles effectuées sur les jeunes filles assassinées il y a peu dans ce quartier. Les sapeurs pompiers ont tout de même recouvert le corps avant de l’emporter.

Malédiction

Comme si cela ne suffisait pas, après la sortie du porte parole du gouvernement Issa Tchiroma Bakary mercredi 23 janvier 2013 pour annoncer des mesures gouvernementales y afférentes, les crimes continuent de semer la terreur à Mimboman. Que se passe t-il finalement dans ce quartier qui est désormais considéré par les Yaoundéens comme maudit ? Décidément, depuis samedi matin encore, c’est la psychose totale. Les populations ne savent plus à quel saint se vouer.

L’on se pose mille et une questions sans pouvoir trouver des réponses promptes. Serait-ce un défi lancé aux autorités par ces hommes sans foi ni loi qui opèrent si froidement, au point de créer une phobie générale qui au-delà du quartier Mimboman, est désormais répandue dans toute la cité capitale ? Les jours à venir nous en diront davantage.

Maintenant que peur, désolation, tristesse et autres ont pris possession des pauvres populations qui ont déjà assez de souci, entre carence d’eau, carence d’électricité en passant par la sous-alimentation, bref toutes ces conditions de vie précaires, le gouvernement doit vraiment prendre la mesure de cette autre forme d’insécurité qui gagne du terrain et mettre tout en oeuvre pour juguler ces crimes magicorituels qui donnent des insomnies aux populations. Celles-là qui ne demandent qu’à vivre dans la sécurité. Il faut donc des mesures efficientes qui viendront regonfler les voiles dans la tempête.

© Le Soir : Denilla Alima

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau