Cameroun - Mebe Ngo’o - Nsola : Une guerre non conventionnelle

C’est ce qui ressort de cette lettre du contre-amiral Nsola au ministre de la Défense Edgar Alain Mebe Ngo’o expédiée depuis Beijing le 24 mai dernier. Retenez votre souffle.

image1.jpg

Excellence, Monsieur le Ministre du Ciel et de la Terre, et Proconsul attiré de la République autonome du Ministère et la Défense auprès de celle du Cameroun.

En même temps que ma réponse à votre provocation du 22 mai 2012, par laquelle, votre principal homme de main Mpana, m’informait de façon impolie et cavalière, que je pourrais été convoqué, par Votre Excellence, au cours de sa visite de travail auprès de Polytechnologies Inc, et de la Industrial and Commercial Bank of China (Icbc), Je vous fais tenir, la présente correspondance avec copie au Chef de l’Etat, pour lui rendre compte, de votre nouvelle tentative de me manipuler, en me manquant comme d’habitude d’égard. <<<<<<<Une incroyable audace, après que vous ayez tenté de l’induire en erreur directement, à 02 reprises, sur mon problème.

1) Une première fois, en lui présentant sans un exposé de motifs probant, le 29 Octobre 2011, 02 faux projets de décrets portant respectivement l’un sur mon rappel disciplinaire de mon poste d’Attaché de Défense, et l’autre sur mon versement subséquent en 2ème Section des officiers généraux par retrait d’emploi, et limite d’âge du grade de Contre Amiral.

2) La seconde fois, le 21 Novembre 2011, en appuyant le rapport mensonger de Mpana sollicitant, l’autorisation de requérir l’assistance de la Police Chinoise, pour me faire arrêter, puis rapatrier, sous forte escorte, en camisole de force, et menottés.

Son prétexte, que j’étais atteint de folie démentielle agressive due à la sénilité, qui me faisait déambuler, à longueur de journées, dans les rues de Beijing, en tenue d’apparat d’officier général débraillé, et me poussait déjà venir escalader les murs de l’Ambassade armé de machettes dans le dessein d’occire l’Ambassadeur et son épouse.Une proposition ahurissante aussitôt rejeté par le Chef de l’Etat, qui vous a désavoué et vous a retiré, la gestion du dossier de mon rapatriement, confié désormais au Minrex, qui est chargé de la tutelle hiérarchique des Représentations Diplomatiques du Cameroun à l’Etranger.

Ceci ne vous a nullement empêché en Mai 2012, de faire abusivement suspendre, mon salaire au taux consulaire par Madame Tsaffack du Minfi, sur réquisition du Colonel Dircia. Alors que je réside toujours en Chine, et étant toujours accrédité par le Chef de l’Etat, auprès de Son Haut Homologue Chinois. Ni, de financer des descentes des escouades policiers Chinois véreux, pour venir m’arracher mon passeport diplomatique, à ma résidence qui bénéficie, de l’immunité diplomatique, et demander son Propriétaire de m’expulser de celleci, dont je paye les loyers sur fonds propres, depuis qu’en Novembre 2011, vous avez ordonné que l’on me retire la gestion des crédits de la Mission Militaire, pour la confier à l’Attaché de Défense que vous avez fait agréé, puis accrédité, sans mandat, par Mpana auprès de votre petit copain, le Général de Division Xia Xonning du Fao/Mond, le bien nommé, Cv Betangane Melone Francis.

Tous ces méfaits et ces incroyables audaces qui insultent Son Intelligence, et Ses Capacités de Discernement, dont il est question supra, et que le Président de la République bien au courant, de vos turpitudes, a déjoué leur malveillance auraient dû vous amener, à être dorénavant plus discret. Moins volubile, moins excessif et moins extravagant, dans vos déclarations et vos relations me concernant. Car, vous êtes déjà nu, devant le Chef de l’Etat, que vous n’avez réussi à manipuler, à aucun moment, comme vous l’avez si bien réussi, avec vos hommes de main, et vos nervis en service au sein de l’Ambassade du Cameroun à Beijing.

Que vous avez exposés inutilement, déjà leurs risques et périls. Car toutes les fautes que vous avez commises, dans votre folle entreprise de prouver que le Chef de l’Etat, s’est trompé, en m’élevant au grade de Contre Amiral, sans votre avis, sont à mettre sur le compte de Votre incompétence foncière notoire, et de Votre ignorance totale des lois et règlements qui régissent, l’organisation, le fonctionnement, et l’emploi des Forces Armées et leurs personnels.

Tout ceci, en essayent de faire porter plutôt, l’entière responsabilité de mes tourments actuels, au Chef de l’Etat, qui vous aurait instruit, de me chasser de l’Armée, parce que j’aurais fait capoter son Marché qu’il a ourdi avec Polytechnologies, pour faire financer sa campagne pour l’élection présidentielle du 09 Octobre 2011. Il serait étonnant que le remaniement dont il est abondamment question ces jours-ci, laisse en poste, un bonimenteur et un braqueur à ciel ouvert des caisses abritant la fortune publique de votre acabit.

Surtout depuis que Mbangué Maxime que vous avez accusé de détournements, auprès du Chef de l’Etat, Vous a dénoncé à son tour, preuves à l’appui, chez son oncle Esso Laurent, pour essayer de sauver sa peau auprès du Procureur du Tribunal Criminel Spécial, qui attend le signal, pour vous fondre dessus.

Et vous envoyer rejoindre Atangana Mebara et Olanguena, que vous avez humilié, quand Dgsn, vous les avez livrés à la Pj. Qui vous promettent à Kondengui, un accueil digne de votre réputation de salaud, de traitre et de menteur. Ce n’est que quand, vous serez là-bas, en leur compagnie, que je vous appellerai, pour vous réconforter. En aucun cas, pas maintenant, où vous trompez vous-même, en déclarant à qui veut vous croire, que vous êtes mon petit frère.

Je ne suis en effet parenté, comme vous, ni aux Fong, ni aux Bikele, aux Ndjem, et aux Badjoe de Lomié ou de Messamena. Bon courage, Monsieur le fils adultérin autoproclamé de Biya, et son héritier naturel. Futur Président de la République présomptif, à ces titres.

Contre-Amiral Nsola

© Source : La Nouvelle

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau