CAMEROUN : LES EGAREMENTS D’UN PEUPLE EN QUETE DE REPERES

Nsimalen ! Cette petite bourgade périphérique de la Capitale du Cameroun vient une fois de plus de gagner en célébrité. En plus de sa position comme porte d’entrée du Cameroun à travers son aéroport international, ce petit village a connu successivement en 28 ans deux apparitions des membres de la Famille Divine.

Maison jesus 003 ns 600

Marie mère de Jésus d’abord dans les années 1986, puis Jésus Christ lui-même ou sa Sainte image en 2014. On dirait que même la famille divine ne déroge pas à la tradition qui consiste à passer par Nsimalen lorsqu’on vient des airs pour entrer au Cameroun (Même si en 1986, l’aéroport de Nsimalen n’existait qu’en projet). Qu’a-t-il donc de si particulier ce petit village ? Par extension, je me demande ce qu’il a de si particulier le Cameroun, pour recevoir sans les avoir invité, deux fois de suite en un quart de siècle, les membres de l’Illustre Famille Divine ? Pour les tenants de la thèse selon laquelle le Cameroun est un pays béni de Dieu, une telle question ne se pose certainement pas.

Le Cameroun, îlot de paix trottant au centre d’un continent permanemment en guerre, est dirigé depuis plus de trois décennies par un Apôtre de la Paix en la personne du Président Paul Biya, lui-même choisi par Dieu. Il n’y aurait donc rien de surprenant à ce que Jésus Christ vienne rendre visite à son treizième apôtre et aux fidèles dont il a la charge de « l’Evangélisation ». 28 ans plutôt (1986), il a été précédé par sa Sainte mère, alors que le 13e apôtre venait de lancer un vaste chantier de rigueur et de moralisation à l’endroit du peuple camerounais. Cette dernière, très touchée par les efforts de l’apôtre, est venue lui signifier tout son soutien, après le coup d’Etat raté de 1984.

Et voici qu’en 2014, trois ans après le lancement du chantier des grandes réalisations, fondement de la vision de l’Emergence du Cameroun à l’horizon 2035, au moment où la mise en œuvre semble connaître un piétinement significatif, Jésus lui-même en personne vient rassurer son apôtre à quelques kilomètres de l’endroit où sa mère sur un arbre descendit 28 ans plutôt. Faute d’avertissement préalable, Jésus a manqué l’Apôtre qui était alors hors du pays. Mais bon, il se trouve du coté de la Suisse d’où il partira directement pour se rendre à la double canonisation des Papes Jean XXIII et Jean Paul II au Vatican.

Pour une excuse, celle là est très significative, il s’agit quand même de la canonisation de deux papes. Très certainement Jésus comprendra. Avec tant de preuves, qui oserait encore nier que le Cameroun soit choisi et béni de Dieu ? Les apprentis diables, les oiseaux de mauvais augures tapis dans l’ombre oseraient-ils encore prétendre que l’émergence est impossible en 2035, alors que le Ciel vient de se prononcer en faveur du Cameroun ? En ce qui me concerne, je n’y étais pas, je n’ai rien vu et je ne crois pas que le Cameroun soit un pays béni de Dieu. Traitez-moi de tous les noms d’oiseaux si vous voulez. S’il m’arrivait même de croire que Jésus et Marie sont apparus à Nsimalen, je refuse que cela soit le fait de la bénédiction d’un pays choisi par Dieu et dirigé par des saints car comme le disait Einstein, Dieu ne joue pas aux dés. En l’Etat de déliquescence actuel de notre société, et tenant compte de la gouvernance à vue dont font montre nos dirigeants, il est impensable que Jésus puisse venir nous applaudir.

Je pense que ces apparitions si elles sont vraies, sont plutôt le reflet d’une société en chute libre vers la perdition et il est urgent que les camerounais en général et les dirigeants en particulier, prennent conscience du niveau d’effondrement de notre société sur tous les plans. Ces « apparitions » constituent à mon humble avis, le signal d’un rappel à l’ordre afin que nous puissions changer chacun à son niveau et selon ses responsabilités, notre façon d’agir envers nos prochains et surtout envers l’Etat. Les voies du Seigneur étant impénétrables, la prudence m’amène plutôt à rechercher comment interpréter les signes aux travers desquels il peut communiquer avec les humains que nous sommes. Les analyses de l’Atrocity Forecasting Project classant le Cameroun parmi les pays susceptibles de connaître un génocide dans un avenir proche, constituent davantage une sonnette d’alarme qui devrait réveiller les esprits obstinément endormis de tous les camerounais et de ceux qui les dirigent.

De plus, la réaction du peuple camerounais face à ces apparitions traduit parfaitement le niveau élevé de l’égarement d’un peuple qui, du fait de la désintégration qu’il subit progressivement au fil des années, las d’attendre un évènement qui viendrait redresser cette courbe descendante, a fini par se remettre à la providence. Du coup, un épiphénomène comme celui-ci apparaît comme la réponse providentielle, la solution miracle tant espérée. L’assaut de la population de Yaoundé au lieu dit de l’apparition de Jésus et la transformation instantanée de celui-ci en lieu de pèlerinage traduit moins la piété d’un peuple que sa précipitation vers ce qui semble être la solution à tous ses malheurs. Même si beaucoup y vont par curiosité, il est certain que très peu y vont pour la gloire du Christ, mais que la majorité s’y rend pour exposer à ce Jésus providentiel tous ses problèmes en guise de prière, afin qu’il y apporte des solutions.

Certainement, on y trouve massivement ceux qui cherchent un travail, ceux qui ont des difficultés à trouver un conjoint, ceux dont les dossiers d’immigration sont bloqués dans les ambassades depuis des lustres, ceux préparant un examen ou ne l’ayant pas réussi après plusieurs tentatives, ceux en quête de délivrance pour avoir trop fréquenté les marabouts, ceux en quête d’une promotion dans les entreprises qui les emploient bref, tous les problèmes imaginables dont les solutions ne relèvent pas forcément du miracle. Nous assistons donc ainsi aux élucubrations d’un peuple en quête de repères, un peuple dont l’avenir ne présente rien de visible, un peuple en proie à l’adversité et à l’incertitude, un peuple qui ne sait plus vers qui tendre la main pour trouver des solutions à ses problèmes.

Entre temps, les pouvoirs publics encadrent et encouragent la dérive. Puisque pendant que le peuple s’y trouve, il s’inquiète moins de la longue absence du Président de la République sorti du pays depuis le 01 Avril, il s’indigne moins de la présence au sein du gouvernement d’un Ministre de l’éducation inculpé pour détournement de deniers publics, il se soucie moins de l’immobilisme incarné par notre gouvernement. Ainsi avance le Cameroun sous le Renouveau, avec la complicité silencieuse de son peuple pourtant vaillant et éveillé à l’époque, mais qui s’est laissé endormir dans le temps par des discours et des promesses mensongers, embellis par un leitmotiv : la stabilité et la paix. Hegel ne disait-il pas qu’une paix trop durable endort les masses ? En voici la réalité au Cameroun.

© Camer.be / Yannick R. ZEZEMOT, Citoyen Engagé

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau