Cameroun : Le métier de moto taximan bientôt valorisé au Cameroun

ben-skin-dla310811500.jpg

Cameroun : Le métier de moto taximan bientôt valorisé au CamerounLe président de la République Paul Biya s’est prononcé sur la question dimanche dernier lors de son traditionnel message adressé aux jeunes pour le 11 février.

S’adressant à la jeunesse camerounaise dimanche dernier, à la veille de la célébration de la 47e fête nationale de la jeunesse, Paul Biya a pour la première fois évoqué l’activité qui occupe de plus en plus les jeunes au Cameroun. Il s’agit plus exactement du métier de moto taximan.

Selon lui, bien que cette activité soit remplie de brebis galeuses, le président de la République estime qu’ils sont courageux.

Ceux qui se sont lancés dans ce secteur d’activité pour conduire certains compatriotes dans des zones reculées, dangereuses, et très souvent inaccessibles. Ceci, à la recherche du pain quotidien.

Ils parviennent alors à nourrir leurs familles à la hauteur de leurs bourses. Pendant que d’autres jeunes empruntent le chemin de la facilité. Mais, comme cela a été le cas ces derniers temps, certains moto taximen se livrent à des actes de de braquages et d’agressions. Des actes similaires ont été enregistrés ces derniers temps au quartier Mimboman à Yaoundé. Où, un certain nombre de crimes rituels ont été commis, avec la complicité des motos taximen. Pour mettre fin à de tels comportements, le président Paul Biya fait appel au bon sens. Car, selon lui, « le civisme est le fondement nos sociétés », at- il martelé.

En outre, le président de la République s’est voulu pédagogue dans son message à l’endroit de ceux-là qui gagnent leur vie grâce à ce métier. Compte tenu du caractère utile de ce métier, Paul Biya songe à l’organiser. Pour lui, ces jeunes ont besoin des séances de stages, de recyclage ou de formation pour nécessairement évoluer de l’informel vers le formel. Pour ce faire, cette tache a été confiée à deux départements ministériels.

Il s’agit des ministères de la Jeunesse et de l’éducation civique et du ministère de l’Emploi et la formation professionnelle. Ils ont le choix entre créer de nouvelles structures pour encadrer cette jeunesse, soit réhabiliter celles existantes. Aussi Paul Biya attend-t-il que des propositions pertinentes lui parviennent. Le ministre de la Jeunesse et de l’éducation civique, Ismaël Bidoung Mkpatt s'est félicité de ce message. Pour lui, le Premier ministre a été à l'avant-garde en décidant de la création de 360 centres multifonctionnels de promotion des jeunes dans les arrondissements.

© Le Quotidien de l'économie : GÉRARD ABADA

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau