Cameroun: Le marché B de Bafoussam calciné

L’origine du feu reste inconnue. Les pertes sont immenses. Les commerçants sont abattus.

Les larmes aux yeux, Jeanne Mofo est inconsolable. A ses côtés, deux de ses enfants essaient tant bien que mal de consoler leur génitrice, sans succès. Jeanne Mofo se demande avec quoi elle inscrira ses enfants à la rentrée scolaire dans deux semaines. Elle dit avoir perdu plus de 200 000 Fcfa la nuit dernière, lors de l’incendie qui a ravagé près de 80% du marché B de Bafoussam. On peut encore apercevoir sur son étal, trois grosses cuvettes de haricot blanc, du haricot rouge et du maïs. Comme elle, plus d’une centaine de commerçants du marché B de Bafoussam, exerçant dans le prêt à porter, la couture, la braise du porc, vendant également des objets ancestraux de la région de l’Ouest, des assiettes, étaient en larmes hier.

Tous déclarent des pertes incommensurables et disent ne pas savoir comment ils feront pour inscrire leurs enfants à la rentrée scolaire. C’est que, dans la nuit de samedi à dimanche, aux environs de 23h, un grave incendie s’est déclaré au cœur du marché. Le gouverneur Midjiyawa Bakari, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Bafoussam, Emmanuel Nzete, ainsi que les forces de l’ordre descendus sur les lieux n’ont pu que constater les dégâts.

Les flammes se propageant à une vitesse considérable. Les sapeurs pompiers alertés ont eu du mal pour éteindre les flammes, à cause des servitudes complètement bouchées. N’eût été leur bravoure, le feu aurait causé plus de dommages, ce d’autant plus que l’hôpital régional de Bafoussam est situé à quelques encablures du marché. Pour le gouverneur Midjiyawa Bakari, ce troisième incendie qui intervient en 6 mois, dont deux en saison pluvieuse est une nouvelle fois dû au manque d’ouverture des servitudes. Il pointe aussi du doigt l’incivisme des populations et les installations électriques anarchiques au sein du marché. Pour le moment, l’origine des flammes reste inconnue. Les enquêtes se poursuivent.

© Eric Vincent FOMO | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau