Cameroun: Le journaliste Emmanuel Yimga en grève de la faim au lycée de New-Bell

Le patron du journal L’Ouragan indépendant accuse la direction de cet établissement scolaire de Douala de s’en prendre à son enfant pour lui faire payer ses dénonciations.

Emmanuel yimga greviste 009 ns 700

Ce lundi 1er Juin 2015, entre 10 heures et 13 heures, Emmanuel Yimga a enclenché un mouvement de protestation devant l’entrée du lycée bilingue de New-Bell. Avant que les forces de police venues du commissariat du 3ème arrondissement ne viennent l’enlever et le conduire dans leurs locaux, le journaliste était décidé à mener une grève de la faim devant le portail de cet établissement qui forma la première épouse de Paul Biya, Jeanne-Irène Biya. Assis à même le sol sur une natte, la bouche bâillonnée à l’aide d’un  morceau de sparadrap, entouré de son sac noir, d’une pancarte portant des textes saisi sur des feuilles de papier format A4 et d’une foule de curieux, il entendait protester contre la mesure de quasi-exclusion qui frappe son enfant. Son rejeton se voit attribuer 122 heures d’absence. Un nombre d’heures qui vaut radiation pour l’élève. Ce qui est selon notre confrère une fabrication de la direction du lycée de New-Bell. Selon lui, celle-ci veut le punir d’avoir dénoncé voilà peu l’instauration de frais d’Apee (Association de parents d’élèves et enseignants) exorbitants, la constitution d’une Apee fictive sans statuts ni règlement intérieur et l’obligation faite aux parents d’y adhérer contre leur gré.

Le journaliste croit savoir que les responsables du lycée de New-Bell récoltent 165 millions de francs Cfa en faisant payer à chacun de leurs 5000 élèves la somme de 33 000 francs Cfa.   « On m’avait promis de mettre mes enfants à l’abri des représailles parce qu’en portant plainte contre le proviseur j’allais subir. On cherche des éléments de droit pour justifier le renvoi en fin d’année de mon enfant raison pour laquelle on a lui donné 122 heures d’absences », accuse Emmanuel Yimga. Il rapporte aussi que son enfant et deux autres qu’il avait inscrits avaient été exclus des  cours pour non versement des frais d’Ape incriminés. En fin de compte, le directeur de publication du journal L’Ouragan indépendant s’est résolu à  porter plainte au tribunal de première instance de Douala-Bonajo contre Madame Eboa, le proviseur du lycée bilingue de New-Bell. Il a aussi saisi le commissaire auix renseignements généraux et le président de la République.

Robert Ndonkou | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau