Cameroun: L’agresseur de l’économe du collège de la Retraite sanctionné

60 jours d’arrêt de rigueur contre le capitaine Georges Patrick Meka. La série de sanctions égrenées ce mercredi 30 janvier par le Mindef qui recevait mercredi une délégation de cet établissement conduite par son principal.

college-de-la-retraite-yaounde.jpg

C’est une audience peu ordinaire que le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense a accordée en son cabinet ce mercredi. Edgard Alain Mebe Ngo’o recevait en effet une délégation venue du collège de la Retraite, conduite par son principal, l’abbé Abraham Ndongo Minkala. Au centre de l’entretien, l’incident survenu en fin de semaine dernière au sein de cet établissement et qui a vu un officier des forces de défense, le capitaine Georges Patrick Meka, responsable du protocole au cabinet du Mindef, agresser l’économe du collège, l’Abbé Ambroise Ambara Tiga qui accompagnait le principal du collège. Motif : le non paiement de la somme de 45 000 F représentant le reliquat des frais de scolarité de la fille de l’officier que l’établissement réclamait. « Les faits sont graves parce que les actes que nous déplorons ont été posés par un officier de gendarmerie, c'est-à-dire un membre des forces de défense qui devrait s’illustrer par la discipline», a relevé le ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o.

Tout en présentant ses regrets au principal du collège de la Retraite et à l’économe victime des sévices, le Mindef a souligné que cet acte « est une dérive personnelle » et qu’elle ne correspond en rien à la ligne imprimée aux forces de défense. « Par rapport à votre démarche, Mgr l’archevêque (Victor Tonyè Bakot NDLR) excuse l’officier en question et souhaite que l’enfant poursuive ses études au collège de la Retraite », a réagi le principal de cet établissement qui a par ailleurs tenu à louer l’initiative du Mindef.

« C’est une démarche exemplaire, dira-t-il. L’acte qui a été posé n’était pas appréciable. Nous ne pouvons pas à partir d’un acte posé, généraliser. Nous avons de nombreux enfants d’officiers dans notre établissement. Et ils passent totalement inaperçus.» Edgard Alain Mebe Ngo’o a annoncé une série de sanctions contre l’officier mis en cause. Il a à cet effet été mis fin à ses fonctions au cabinet du Mindef et il a été reversé à son corps d’origine, la gendarmerie. Sur le plan disciplinaire, il écope par ailleurs de 60 jours d’arrêt de rigueur, ce qui, selon les responsables du Mindef, correspond à la peine maximale prévue par les règlements militaires.

© Jean Francis BELIBI | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau