Cameroun,Hôpital de la Cite Verte de Yaoundé:Un « chirurgien » oublie une serviette dans le ventre d’une Dame

Madame Talaka Salomé ne va jamais oublier ses mauvais moments passés dans les locaux de l’hôpital de district de la Cité verte où après une césarienne qui a vu la naissance d’un bébé bien portant, une serviette sera oubliée dans son utérus pendant 6 mois environ avant d’en être extirpé par un autre chirurgien devant soit la méconnaissance de cette méprise par son gynécologue traitant soit l’incompétence ou l’erreur professionnelle reconnue mais sciemment voulue être cachée.

Chrirurgie cameroun12021450

Dans une enquête aux fins de reconstitution des faits, qui, dans plusieurs reportages élusifs n’ont pas été précis, le devoir nous oblige à l’information. Selon le témoignage poignant de la victime Mme Talaka Salomé, la raison de son admission à l’hôpital de district de la cité verte fut une crise d’asthme aiguë. Reçu par le Medecin traitant VIVIANE VERBE SALE se présentant d’après son cachet nomnatif comme Gynécologue Obstétricienne car elle avait une grossesse presqu’à terme, Mme Salomé Talaka sera préparé pour une intervention chirugicale (Césarienne) pour, selon Vivian Verbe Sale, sauver le bébé.

Ayant approché un Gynécologue Obstétricien exercant dans un établissement hospitalier de renommée, celui-ci va nous affirmer qu’effectivement la prérogative d’une césarienne est dévolue à un ou une gynécologue obstetricien (ne). Mais rien n’obligeait, selon les faits rapportés, à sa « collègue » de procéder à une telle chose si le prétexte n’était que l’asthme aiguë qui a tout de même pu maintenir cette grossesse en santé jusqu’à un mois du terme. Il poursuivra même en conseillant qu’après l’asthme aiguë constaté, le medecin traitant pouvait precrire un traitement en attendant le terme de la grossesse pour procéder à l’accouchement de façon saine ou encore avec une assistance respiratoire qui devait empêcher la perte de conscience du patient. En terminant sur une note d’ironie, il ajoutera : « Même sans avoir l’asthme aiguë, plusieurs femmes ou filles bien portantes s’évanouissent souvent en salle d’accouchement ! ».

Ensuite, l’opération va bien se dérouler et l’enfant sera sain et sauf. Mais ! au grand dam de Mme Talaka Salomé de vives douleurs vont la tenailler les jours suivants ; prétexte qui va prolonger son hospitalisation. Devant la « nouvelle » situation de son patient, Vivian Verne Sale va prescrire une première echographie et d’autres examens pouvant déterminer la cause des nouvelles douleurs ressenties. Mme Talaka Salomé effectuera ces examens dans le Laboratoire CERIMED situé à côté de Fokou Melen à Yaoundé et c’est le Dr Djoukang François qui fournira les conclusions de l’echographie non sans noter une quelconque anomalie ; Bizarre !

Vétusté du matériel utilisé, incompétence du technicien ou complicité avec le medecin traitant ? La question mériterait d’être posée.

Dans tous les cas, au terme de cette batterie clinique, Vivian Verbe Sale, après avoir bien observé les résultats, va même rassurer Mme Talaka Salomé sur la bénignité de la situation en lui prescrivant de manière désinvolte quelques anti-douleurs et des antibiotiques pour calmer le mal et une autorisation de sortie d’hôpital sera délivrée. Après quelques jours, hors de cette enceinte hospitalière, la situation ne va du tout guère s’améliorer. Mme Talaka Salomé, accompagné de sa famille va encore revenir à l’hôpital pour voir sa « Gynécologue Obstétricienne » Vivian Verbe sale qui va encore lui prescrire deux échographies supplémentaires et un scanner. Selon la patiente, Talaka Salomé : « Ce jour-là nous avons été reçu par le Dr Mandeng, spécialiste en medecine interne qui, après avoir regardé les résultats de l’echographie et des examens prescrits par Verbe Sale va nous répondre qu’elle n’a pas compétence dans le cas d’espèces et nous renverra chez sa collègue qui va encore nous prescrire des échographies et un scanner. »

Les douleurs persistantes vont pousser à la mobilisation rapide des fonds qui aboutiront à une autre échographie à CERIMED qui ne donnera hélas une fois de plus une conclusion plausible. C’est ainsi que la patiente va changer et se dirigera à l'hôpital BETHESDA qui abrite également un laboratoire où le Dr Haoua conclura en ces termes : « Aspect échographique évoquant une stigmoïde. Intérêt d’un TDM abdominal. Absence d’anomalie morphologique. ». Du charabia médical qui ne va pas résoudre le problème. Ensuite et fort heuresement, le scanner effectué au centre médical de la Cathédrale sis à Yaoundé va voir l’interpretation pointue du Dr Fongang décanter la solution tant recherchée. Il va conclure de façon pragmatique : « Image TDM interpretation non équivoque. Utérus sur bride ? Corps etranger ou autre ? Kyste hépatite d’allure simple. Etc. »

Ayant été tourné en bourique à l’hôpital de la Cité Verte par ses traitants, Mme Talaka salomé va se rendre à la Polyclinique Tsinga. Dans cette institution hospitalière et devant la présentation de la situation, le chirurgien exercant dans cet hôpital va tout de suite après observation du dernier cliché de la première échographie conclure à un objet oublié dans l’utérus et programmera dans les heures qui suivent l’opération. Cette dernière va enfin se solder par l’extirpation d’une serviette de 6 cm aux couleurs multicolores du fait d’un long séjour dans les entrailles de la victime. Magistral ! Conclura-t-on peut-être ; mais le recul dans l’analyse des evènements nous refusera certainement d’aller trop vite en besogne. Pour bon nombre d’observateurs, les 6 mois environ écoulés pour arriver à cette conclusion sans que solution ne soit trouvée par tous les protagonistes d’amont ne l’ont qu’été sciemment et consciement devant la grosse bourde effectuée par leur complice Mme Vivian Verbe Sale. Malheuresement, le pourrissement de la situation n’aura pas permis de voir et grâce aux miracles du Seigneur, Dame Talaka Salomé trépasser après cette longue épreuve.

Poursuites judiciaires

Selon le témoignage de Monsieur Talaka, Mme Vivian Verbe Sale a été rapproché pour une solution à trouver face à cette situation. De façon arrogante, elle va le rabrouer. Ayant également approché le Directeur de l’hopital qui va décliner toutes responsabilité quel que soit la tournure judiciaire que prendra l’affaire, M. Talaka a à ce jour pris un Avocat qui a redigé et déposé une plainte en bonne et due forme attendant l’ouverture au niveau du parquet. S’étant au préalable rapproché d’un cabinet juridique, voici la réponse reçu : « Le principe de la responsabilité médicale est ancien, puisqu’il figurait déjà dans les livres anciens tels que le code D’Hammourabi et le livre sacré égyptien. L'exercice de la médecine (Article 69 du code de déontologie, article R.4127-69 du code de la santé publique.) Cela signifie que le médecin est responsable de ses actes devant ses pairs et ses patients. S’il commet une faute, il peut être sanctionné et contraint d’indemniser sa victime. Le médecin n’est pas à l’abri des poursuites pénales pour blessures ou homicide involontaire en cas d'erreur ou de négligence. L'obligation pesant sur le médecin est de donner à son patient des soins consciencieux, attentifs, et conformes aux données acquises de la science à la date des soins.

La responsabilité du médecin est civile, administrative et pénale. 

Civile, c'est-à-dire qu’elle peut donner lieu à indemnisation de la victime qui se voit accorder réparation du dommage subi ;

Pénale, c'est-à-dire qu’elle peut entraîner une peine d’amende ou de prison ; Administrative, c'est-à-dire qu’elle peut déboucher sur des sanctions allant jusqu’à la révocation de la Fonction Publique au cas où c’est un médecin public.

Il est préférable de choisir la juridiction la mieux adaptée à votre litige avec l'assistance de votre avocat, qui vous conseillera. »

En esperant que comme Vivian Verbe Sale, les autres victimes d’abus et d’incompétences des medecins subissent des réparations suites au négligences médicales, nous restons attantifs au dénouement de l’affaire. Entretemps les supputations magico-sorcelleriques fusent de partout et des causes mystérieuses sont évoquées. Il importe de signaler que madame TALAKA Salomé et sa famille sont de fervents chrétiens pentécôtistes qui vont engager l’église dans des prières d’intercession et de combat intensives. Suite à l’aggravation de la situation de la patiente qui endure un calvaire et d’indicibles souffrances, un autre docteur et cette fois un véritable est contacté.

A la vue de la première échographie prescrite par Vivian Verbe Salé, il est saisi de stupeur à a vue du corps étranger clairement visible sur le film. Il décide séance tenante de progammer une opération d’urgence à 18 heures de la même journée. L’opération est un succès au grand étonnement des médecins qui se rendent compte que les dégats provoqués par la serviette ont été moins grave que prévus car ils n’ont eu à réparer l’intestin qu’à trois endroits. En comparaison ils ont cité un cas où une simple compresse 10 fois plus petite avait provoqué de tels dégâts après un mois passé dans le ventre d’une patiente qu’il était presque qu’impossible de réparer le gros intestin. En tout cas ils ont été obligés de rendre grâce à Dieu et de reconnaître l’efficacité de la prière pratiquée à l’église de la patiente (Eglise messianique Evangélique du Cameroun –EMEC).

Que la Gloire soit à Dieu seul au nom du Seigneur Jésus Christ. Après être sortis de l’hôpital, Mr TALAKA s’est rapproché de madame VERBE SALE Vivian pour discuter avec elle des suites à donner à cette affaire. Celle-ci lui a dit qu’elle refuse de le recevoir, est monté dans son véhicule et s’en est allé. Mr TALAKA s’est alors rendu au bureau du Directeur de l’hôpital de a Cité Verte, qui s’est désolidarisé de sa collaboratrice et a laissé à l’intéressé le libre choix des suites à donner à cette affaire.

Cette histoire a été diffusée dans un reportage passé sur la CRTV il y a quelques jours. Il était important que les internautes en aient connaissance afin de dénoncer à suffisance ces dérives qui entraînent la mort ou l’infirmité de plusieurs. Après l’affaire Vanessa T. Il importe de maintenir une véritable veille citoyenne sur nos hôpitaux afin de promouvoir un meilleur respect de la vie humaine et de prévénir des comportements inqualifiables qui ont certainement trait au magico-anal dont le but est de saper tous les fondements spirituels et moraux de notre société. LE DIABLE NE PASSERA PAS PAR MOI ! Voici quelques photos montrant la serviette qui avait été « déposée » dans le ventre de Mme TALAKA Salomé. Stupéfiant !

Chrirurgie2 120214500x350

© Camer.be : Yannick Ebosse

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau