Cameroun - Garoua: Des imams accusés de «bloquer» la pluie

Pointés du doigt par les populations, ces dignitaires religieux redouteraient une forte pluviométrie. Une situation qui exposerait à nouveau le Nord aux inondations meurtrières et dévastatrices.

Ça brule à Garoua. Il fait une chaleur étouffante et les habitants de la cité capitale du Nord s’en plaignent. Au point de plonger dans la superstition. Si l’on en croit Roufaou, un habitant de Foulbéré, cela ne fait plus l’ombre d’un doute « les imans ont arrêté la pluie », dit-il. Pour convaincre davantage, l’originaire de la Benoué justifie l’acte surnaturel des dignitaires religieux par le fait que ces derniers souhaitent prévenir une forte pluviométrie cette année.

Ce qui peut paraître insolite est tout de même pris au sérieux dans la presque totalité des ménages. Ça et là, l’on confie que des « mesures de bord » ont été prises pour faire face à la canicule. « On jette les matelas dehors tous les soirs et on passe la nuit à la belle étoile », affirme Hadjidja, une habitante du quartier Camp chinois. La dernière pluie en date ayant arrosé la ville de Garoua remonte à la nuit de vendredi 14 juin 2013.

Ce qui a permis de faire baisser la température. « Avant cette petite pluie de vendredi, il n’a pas plu pendant presque un mois, pourtant nous sommes déjà au mois de juin », se plaint Hadjidja. Joint au téléphone, un iman du Nord qui ne souhaite pas être cité a déclaré qu’ « il est possible d’arrêter la pluie en Afrique ». Sauf qu’un « musulman croyant ne peut pas le faire parce que ce serait aller contre la volonté d’Allah ».

Aux dires de l’interlocuteur du Quotidien Le Messager, la démarche contraire est possible. « Les imams peuvent faire des prières pour demander à Allah le miséricordieux de faire tomber la pluie ». Les populations de la cité capitale du Nord s’impatientent. Et quid des changements climatiques. Trêve de superstition.

 

© Salomon KANKILI | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau