Cameroun - Exploitation minière: Le gouvernement perd 80 milliards de Fcfa à l'Est

Exploitation minière: Le gouvernement perd 80 milliards de Fcfa à l'Est C'est l'un des projets les plus importants du gouvernement de Paul Biya, pourtant rien pour l'instant n'indique qu'il prendra corps sous son régime.

Le projet d'exploitation de la réserve de nickel, manganèse et cobalt de Nkamouna à l'Est du Cameroun est à l’arrêt. L'entreprise Geovic Cameroun (GeoCam), filiale de d'une compagnie américaine, Geovic Mining Corp., créée en 1994 dans l'Etat du Delaware aux Etats-Unis, et qui a pour particularité de n'avoir jamais exploité nulle part le moindre minerai est en pleine négociation avec les chinois pour la reprise du projet qu'ils veulent abandonner. Mais d'après nos informations; les Chinois émettent de nombreuses réserves sur la crédibilité de la transaction financière. Une situation qui intervient alors que l'Etat du Cameroun a déjà dépensé 60 millions de dollars soit près de 33 milliards de Fcfa, des surplus pétroliers pour le financement de ce projet.

Ces ressources avaient, été bloquées pour aider le Cameroun à faire face aux chocs exogènes (crise financière internationale et autres) et lutter contre la pauvreté. Elles ne pouvaient être utilisées sans l'approbation du Fmi dans le cadre du programme économique avec le Cameroun. A quoi a donc servi le 33 milliards de Fcfa engagés par l'Etat du Cameroun? Les états financiers de Geovic entre 2008 et 2009 indiquent que l'essentiel des fonds récoltés à travers l'augmentation de capital ont servi à des fins suivantes: «Transfert de 28,196 millions dollars (15 400 000 000 de Fcfa) à Geovic Offshore-US, transfert de tous les contrats de travail des employés de Geovic Us vers Geovic Iles Caïmans après l'augmentation de capital. Hausse substantielle des salaires et des dépenses administratives et allocation de stock-options aux dirigeants.

Ceci alors que la société affiche des pertes cumulées de 102 millions de dollars et qu'elle ne génère aucune recette/revenu d'exploitation depuis sa création en 7995 et n'envisage aucune recette dans un avenir proche. Contrat d'assistance technique de 1,6 million de dollars par an de Geovic avec Geocam. Par ce biais, la filiale camerounaise paie aussi bien les salaires de l'équipe du projet qu'une partie des salaires américains au titre de l'assistance technique alors que Geovic déclare dans ses états financiers qu'il n'a aucune expérience dans le secteur minier. Octroi des contrats à des sociétés appartenant aux dirigeants de Geovic. Utilisation de 1,5 million de dollars par an pour loger quelques cadres au Cameroun et 2 millions de dollars pour la construction de logements à Nkamouna (Région de l'Est) dont personne ne peut attester l'existence à ce jour». 253 milliards de Fcfa Ainsi, 10 ans après la signature du contrat entre le Cameroun et Geocam, aucun résultat significatif n'a été obtenu.

Contre toutes attentes, Geovic a réclamé en 2008, après l'entrée du gouvernement dans le capital, 81 millions de dollars, soit près de 45 milliards de Fcfa pour des dépenses dites «pré-opérationnelles». Après protestations du gouvernement, 50 millions de dollars ont été retirés. Sur cette base, 22 milliards de Fcfa ont été versés à nouveau à cette entreprise. Portant ainsi à près de 80 milliards de Fcfa les sommes investies par le Cameroun. Mais aucune exploitation n'a été lancée jusqu'à l'heure où nous écrivons ces lignes et l'entreprise s'apprête à quitter le Cameroun. Pourtant, ce projet est d'un très grand enjeu pour le développement économique du Cameroun.

Les réserves mises en évidence sur une partie du gisement sont de l'ordre de 100 millions de tonnes de minerai. Les gisements latéritiques de cobalt, de nickel, de manganèse au Nord-est de Lomié dans les localités de Kongo, Mang Nord et Sud, Masséa, Kondong ont été mis en évidence par les travaux du projet minier Sud-est Cameroun dans le cadre d'une collaboration avec les Nations Unies. Si l'on s'en tient au Cadre d'appui et de promotion de l'artisanat minier (Capam), ces gisements occupent une superficie cumulée de 240 km2, mais d'après le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud), une évaluation avec sondage sur une superficie de 8,5 km2 (représentant 5% de tous les gisements de la localité) au plateau Nkamouna, a révélé un potentiel considérable de cobalt métal pour cette superficie, accompagné d'un tonnage appréciable en nickel, en manganèse et en cobalt. Selon le Ministère en charge des Mines, la production annuelle de Geovic pourrait s'articuler ainsi: 4 160 tonnes de Cobalt, 3 280 tonnes de Nickel, 450 000 tonnes de Manganèse, 4 000 tonnes de Scandium.

Mais jusqu'ici, rien. Geocam est créée le 1er Mars 1995 avec un capital de 10.000.000 de Fcfa: 55.5% pour Geovic 111c, 5% William Buckovic et 39.5% pour quatre camerounais (soit 395 actions). Cette entreprise représente le premier contrat minier octroyé à Geovic. Le coût estimatif du projet était projet était de 60 millions de dollars en 2003. Il est passé plus de 460 millions de dollars (253 milliards de Fcfa). D'après nos sources, Geovic vient de solliciter un financement de 70 millions de dollars (35 milliards de Fcfa) auprès d'une autre institution internationale alors que l'auditeur de cette firme, par le cabinet d'expertise international Ernst&Young a en 2010 exprimé des réserves sur la pérennité de la cotation de cette entreprise sur le compartiment hors marché de la bourse a également été suspendue. L'action de Geovic valait 0,05 dollars (soit 35 Fcfa). Au moment de l'entrée du gouvernement dans l'actionnariat, elle a prétendu que chacune des 395 actions détenue par les camerounais pouvait être rachetée à 16.445.000 FCFA».

© NADINE GUEPI | Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau