Cameroun - Enlèvement du Prêtre français à l’Extrême-Nord: Boko Haram revendique le rapt

Le groupe islamiste radical Boko Haram s’est exprimé vendredi dernier sur l’enlèvement du Père Georges Vandenbeusch. Une source au sein du groupe islamiste armé nigérian, le Boko Haram, a indiqué à l’AFP vendredi dans la journée que la secte détient le prêtre français kidnappé dans la nuit de mercredi à jeudi à Koza à l’extrême-nord du Cameroun.

pretre français.jpg

« Je peux vous confirmer que le prêtre français est aux mains des moujahidines de Jamaat Ahl al-Sunna Li Da’wat al-Jihad (le nom arabe de Boko Haram), qui a mené l’opération en coordination avec Ansaru », a déclaré la source. Ansaru est une émanation de Boko Haram et a déjà revendiqué dans le passé des enlèvements d’étrangers. « Les moudjahidines en diront davantage au monde au sujet des otages le moment venu », a ajouté la source.

Apres cette publication dite du boko haram, Le président français, François Hollande et son homologue camerounais, Paul Biya, se sont entretenus au téléphone où les deux chefs d’Etats ont réaffirmé vendredi « leur volonté de tout mettre en œuvre pour parvenir à obtenir » la libération du prêtre français enlevé dans le nord du Cameroun, dans la nuit de mercredi à jeudi . « Le président de la République s’est entretenu par téléphone avec M. Paul Biya, président de la République du Cameroun. Ils ont évoqué les recherches en cours pour localiser le père Georges Vandenbeusch.

Les deux chefs d’Etat ont réaffirmé leur volonté de tout mettre en œuvre pour parvenir à obtenir sa libération », a rapporté l’Elysée dans un communiqué. « Ils ont également convenu d’accroître les mesures de protection des ressortissants français présents dans cette région du Cameroun », continue le communiqué. Face à la presse ce vendredi, le président François Hollande a laissé clairement entendre qu'il s'appuierait une fois de plus sur les autorités camerounaises pour les négociations pour la libération du prêtre. Pour la libération de la famille Moulin Fournier en avril dernier, le Cameroun était en toute discrétion au centre de négociations. 

© Peter KUM | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau