CAMEROUN / EGLISE : L’immoralité sexuelle s’installe

Depuis un certain temps et ceci dans toutes les obédiences, le sexe gagne du terrain lors des rencontres spirituelles.

Eglise 2

Dans les églises chrétiennes, les choses les plus insoupçonnées marquent le quotidien et cela n’émeut personne sauf le Dieu Tout Puissant qui connait toutes choses même les plus secrètes. Ce n’est plus un secret de polichinelle, certains chrétiens s’accordent que les relations sexuelles entre des personnes non mariées ou encore avec le pasteur ne posent plus problème. Cependant la communion avec Dieu est rompue parce que Dieu est saint et il ne s’associe pas au péché. La Bible appelle les relations sexuelles commis hors mariage « la fornication ou l’adultère ».

L’engagement spirituel des chrétiens n’est plus le fait du salut mais du charnel orienté vers le sexe. Dans ce registre, pasteurs, prêtres, anciens d’Eglise, diacres, fidèles s’adaptent désormais à ce nouveau rythme ambiant qui fait courir les gens dans les églises puisqu’ils y trouvent des proies faciles. Au sein de l’église Presbytérienne Camerounaise, la « JAPE » est une association des jeunes protestants qui prône le développement spirituel des jeunes. Lors de leurs rencontres, il est constant de voir leurs travaux s’ériger en noces aux amoureux sur des bancs publics, n’en parlons plus des retraites spirituelles où les problèmes de la vie sensés trouver des solutions idoines par la prière se soldent par les ébats sexuels loin des regards nuisibles.

Au niveau de l’église Catholique, pour ne citer que ces cas, certains prêtres entretiennent des femmes par les prières qui finissent par les relations sexuelles et l’escroquerie pour des âmes naïves. Comment comprendre que lors des saintescènes organisées dans les paroisses, des femmes soient accréditées pour soulager les « hommes de Dieu » sans que cela ne gêne personne. Les amoureux jaloux de ces pratiques sont devenus des démons qu’il faille se débarrasser si on veut le salut éternel.

La diabolisation de l’église

Au commencement était la parole, cette parole qui est devenue chair en la personne de Christ appelle les chrétiens au salut. Et le livre de Galates de dire : « Attention on ne se moque pas de Dieu ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi ». L’évasion des principes spirituels a fait perdre à nos hommes de Dieu, la puissance qui devrait être leur première arme devant les forces du mal. Celle-ci s’associe à la foi sur laquelle repose la vie du chrétien.

A quand la guérison totale de ces milliers de malades spirituels en quête de soulagement chez les pasteurs ? La commercialisation du don de guérison aux malades s’est ajoutée au sexe et les deux phénomènes renforcent la diabolisation de l’action chrétienne. Les Pentecôtistes regroupés dans les églises dites de réveil, aucun sentiment spirituel d’être dans la maison de Dieu n’est perceptible. Les lieux où on adore Dieu sont devenus les marchés populaires, les centres d’affaires, la mafia, l’escroquerie, la ruse, la duperie pendant que les mauvais esprits torturent les enfants de Dieu. Le luxe insolent qu’on impose au décor planté prouve que Dieu n’y est pas.

© L'Epervier : Lambert Eyeng

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau