Cameroun - Droit de réponse: Franck Hubert Ateba du MRC se déchaîne contre les bamilékés 

Nous publions intégralement en guise de droit de réponse, cette sortie de Franck Hubert Ateba qui, en tant que Secrétaire national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), ne fait pas dans la langue de bois.

 Nous publions intégralement en guise de droit de réponse, cette sortie de Franck Hubert Ateba qui, en tant que Secrétaire national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), ne fait pas dans la langue de bois. Il a au moins le mérite de dire clairement ce qu'il pense de ses compatriotes bamilékés. Nous avons voulu corriger les trop nombreuses fautes d'orthographes et de grammaire contenues dans ce texte ; nous nous sommes abstenus dans la mesure où son auteur a indiqué que nous n'avions pas d'épaisseur intellectuelle. Nous publions à la suite, le texte qui a provoqué cette réaction énergique tout en indiquant que nous ne connaissons ni Maurice Kamto, ni Alain Fogué.

Que dès la démission de l'ancien ministre, nous avons été les plus critiques à son endroit après sept années de collaboration avec Paul Biya. Nous avons un peu évolué ces derniers temps eut égard au courage qui l'a amené à se présenter à Yaoundé qu'on disait citadelle imprenable pour l'opposition et, surtout d'y avoir obtenu des résultats prometteurs. Nous avons d'ailleurs du mal à voir le rapport qu'il y a entre ce droit de réponse et l'article incriminé: Chacun se fera son opinion.

"Monsieur ZEBAZE,

Faisant suite à votre publication n°234 du Jeudi 12 Septembre 2013,

Vous avez publié en grande Une «une taupe de Biya chez Maurice Kamto» ; votre frère du village.

Une titraille à sensation comme il est de coutume dans la Presse dite à scandale et en mal de notoriété au Cameroun, et qui excelle dans la manipulation et la fabrication de l'information. J'aurai pu vous l'accorder si tant est vrai que cela pouvait vous valoir quelques attentions des passants près des kiosques ou même la vente de quelques numéros, lorsqu'on sait les motivations réelles qui vous animent à la publication de tels arguties. Ce qui serait contraire à mes valeurs, par ce que j'en ai. En tant que modeste éducateur de masses et non moins défenseur de la morale et de l'éthique en Afrique et même dans le Monde. C'est pour la nécessité d'un recadrage éthique et moral que je me permets de vous rappeler que je suis bel et bien Porte-parole de l'Amical des Amis du Président Paul BIYA et je suis BETI au cas où cela vous aurait échapper...

Ce sentiment d'amitié et de respect que j'éprouve à l'égard de ce grand homme d'Etat providentiel, la quatre vingtaine dépassée que Dieu a donné au Cameroun n'a d'égaux que le respect vis -à-vis du peuple camerounais et l'amour pour mon pays. Par conséquent, je ne puis recevoir aucun jugement de valeur des gens qui n'ont pas les même valeurs que moi, si tant est qu'ils en ont quelques-unes. Pour votre gouverne, le MRC n'appartient pas à Maurice KAMTO, encore moins aux Bamiléké. Et mon adhésion à cette plate-forme idéologique est antérieure à celle du Pr KAMTO. Si j'étais prétentieux, je dirai même que je suis l'un de ceux qui ont concouru à son RECRUTEMENT au sein de- ce Mouvement dont je suis incontestablement un des tous premiers Pères fondateurs.

Bien que le Moi soit haïssable, je m'en voudras de ne pas préciser très humblement que grâce à ma petite participation à ce projet jadis noble, beaucoup d'éminences grises de notre pays ont non seulement de la sympathie pour ce Parti que nous avons réussi à sortir du carcan tribale c'est-à-dire bamiléké, pour lui donner une envergure national, mais surtout y adhèrent comme membres et le meilleurs est à venir si vous autres cessiez de jouer à ce jeu très dangereux et préjudiciable. Monsieur Zébazé, les compatriotes de votre espèce tribale, vous vous prenez pour ce que vous n'êtes pas c'est-à-dire intelligent. Sortis du fin fond de votre Ouest natale, où la très riche et envieuse culture bantou vous impose le respect dû aux aînés et surtout aux dignitaires, arrivés ailleurs, vous banalisez les dignitaires des autres tribus, vous dites tout à tue-tête sur une personnalité du quatrième âge qui de surcroît est le Président de ce pays et donc dignitaire devant tous les dignitaires du Cameroun. Une question cher Monsieur: croyez-vous que vous pourrez tolérer de tels égarements inacceptables lorsqu'un Bamiléké viendra à prendre le pouvoir dans ce pays comme je m'évertuais jusqu'ici à expliquer la nécessité aux camerounais de tout bord qui en sont presque unanimement réfractaires à force de vous voir faire les malins; et dont je finirais par leur donner raison?

La réponse est évidemment non quant on sait que vos frères ont défilés à Yaoundé à la nomination de monsieur NIAT au sénat en scandant «on a gagné» ; et que malgré tout le lourd passif de ce dernier à la Sonel, la presse tribale que vous animez a absout tous ses péchés. Il est devenu du jour au lendemain très vénéré... Qu'a-t-il fait de plus que les autres pour le mériter? Quant à ce qu'Alain Fogué le principal bailleur de fonds et sponsor de votre journal appelle «objectifs connus et poursuivis par le MRC», et puisque c'est au travers de votre journal que lui et Moi devrons dorénavant échanger, je voudrais lui rappeler que le MRC a des textes de bases. Il ferait mieux de les faire traduire en français facile et les lire par la suite. Puisque de toute vraisemblance il a des lacunes y relatives. Bien qu'il se fasse passer pour un enseignant dans une université camerounaise et non moins docteur. Quant à moi, je comprends très bien français. Donc, l'entendre dire à plusieurs reprises qu'il est seul habilité à parler au nom d'un parti bien structuré et ayant les textes de bases écrits en français, où je suis membre du directoire alors que cette décision devait émaner du directoire et donc de nous, moi avec, je suis au regret de l'instruire, et en français facile s'il vous plait que:

L'ADHÉSION AU MRC EST UNE QUESTION DE CONVICTION IDÉOLOGIQUE AU SENS DE MAX WEBER,

(J'espère qu'il sait au moins de qui je parle) et ne saurait être antinomique avec un sentiment fut-il de haine comme celle que les gens de sa tribu semblent nourrir contre le Président Paul Biya alors que ce sont eux qui profitent du système depuis trente ans, par les marchés fictifs, la contrebande, la contrefaçon, la corruption et j'en passe. Le MRC dont je suis incontestablement fondateur et peut-être même le meilleur communicateur, a une idéologie. Monsieur Fogué et les autres qui gagnent des marchés publics à gauche et à droite sous fond d'immoralité et d'indécence, devraient savoir que cette idéologie n'est pas un slogan creux qui serait contraire au sentiment d'amour ou d'amitié; encore moins de haine.

Deux frères, parents ou conjoints peuvent adhérer séparément par conviction idéologique au MRC et à une autre formation politique; aimer ou détester Paul Biya ou Kamto, que cela ne saurait être contraire à leur conviction idéologique. Le SOCIAL -LIBERAL qui jusqu'à ce jour est l'idéologie du MRC, mon Parti, est pourtant facile à comprendre et abondamment expliqué sur internet et dans le projet politique que nous nous sommes doté. Je comprends que Fogue ne l'ait pas lu. Il était très occupé à ficeler son plan pour nous entourlouper.

Je peux également comprendre les uns et les autres qui, après avoir longtemps adhérés à «l'idéologie» «BIYA MOST GO» aient de la peine à comprendre qu'au MRC, le slogan c'est FAIRE LA POLITIQUE AUTREMENT et que, une idéologie existe bel et bien dans nos statuts. Néanmoins, Franck Hubert ATEBA, qui revendique la posture d'homme d'Etat, se voulant constant et droit dans ses bottes, fidèle à des valeurs tels que l'amour, l'amitié, la morale, l'éthique patriotique et républicaine... ; des convictions y compris idéologique, croit toujours au MRC bien que la cupidité et les appétits du pouvoir excitent certains à se saisir de chaque occasion, compte tenu de ce qu'ils sont, pour tenter de le discréditer, et par là même le président national et tous ceux qui lui donne la consistance politique, ou qui constituent la cohérence du discours politique, stratégique et managériale du MRC.

«La théorie du caporal qui a parié avec ses camarades à piétiner le général... »

Si chère à Monsieur Fogué va sans doute fonctionner. Mais lui et son gang m'auront en travers de leur chemin. D'ailleurs, je me réserve le droit de demander par devant les instances du parti, les explications, contre ce dernier et ses affidés; que ce soit pour leurs maladresses, les coups fourrés qu'ils ont orchestré lors des opérations pré-électorales pour le double scrutin du 30 Septembre 2013, dans sa course effrénée pour la tête du MRC de façon directe ou en sous-traitance, appuyé par des tribunes à gage et autres calomnies de tous ordres mises à contribution...

Quant à ce qui concerne votre frère du village Monsieur Yves Michel Fotso, malgré le respect que je continue d'avoir vis-à-vis du patronyme, en raison de la contribution du Père FOTSO dans l'économie de notre pays, même si ce n'était pas en vendant les arachides, patronyme du reste que le fils a suffisamment sali du fait de son immoralité économique, vous avez parlé d'hystérie; moi je vous parle du dégoût et du mépris vis-à-vis de tous ceux qui agressent les caisses publiques; de même que les individus de votre espèce qui, à longueur du temps et des canaux de communication, violent la décence; provocant les camerounais dans de vaines tentatives de blanchir ces vulgaires voleurs qui, faut-il le souligner, ont tué des millions de compatriotes du fait de leurs crimes économiques.

Pour ce faire, Vous avez pleinement raison; je suis suspect. Que dis-je, hautement et même triplement suspect; Par ce que défenseur de la morale publique, combattant de l'imposture et de la forfaiture, adepte du patriotisme et de l'honnêteté intellectuelle. Vous dites trouver la politique camerounaise formidable; Moi je trouve votre journalisme minable. Et je vous conteste la capacité d'émettre des jugements de valeurs et mêmes des opinions d'analyse politique sur les faits et actes politico-sociaux liés à ma personne. Vous n'avez ni l'épaisseur intellectuelle nécessaire encore moins le sens d'objectivité ou de compréhension requise. Je doute même de votre moralité lorsque vous cédez à la manipulation du plus offrant ou que vous mordez la main qui vous nourrit telle que celle du Président national du MRC. Vous savez de quoi je parle.

De grâce, limitez-vous à informer les camerounais en faits divers et autres insolites de chats écrasés, puisque vous ne pouvez en tout point de vue aider comme vos confrères des médias sérieux, oui parce qu'il en existe, qui s'évertuent à construire la démocratie autour des valeurs nobles que sont l'éthique patriotique et républicaine ; la morale, la liberté et le respect d'autrui... Pour son émergence, le Cameroun a besoin de toutes ses filles et fils, y compris les journaleux d'une presse tribale; pourvu que la Patrie vienne avant toute considération, quelques soient les convictions et motivations. Je ne suis pas l'ami de Maurice Kamto et je ne fais aucun effort pour le devenir ni aujourd'hui, ni jamais; j'ignore où est ce qu'il habite et cela m'est égal. Mais je croix qu'il a un potentiel et représente une valeur sûre de notre pays qui peut faire beaucoup pour son rayonnement tant en interne qu'à l'international ; encore faut-il qu'il nous le prouve d'abord, dans sa capacité de manager notre ambitieux grand parti le MRC.

Franck Hubert ATEBA Secrétaire National Adjoint chargé de L’Inspection, Évaluation et Développement du MRC" L'article incriminé Confusion politique: Une taupe de Paul Biya chez Maurice Kamto Dimanche dernier au cours d'un débat télévisé, un responsable du Mouvement pour le Renaissance du Cameroun (Mrc) répondant au «doux» nom de Franck Hubert Ateba a annoncé fièrement qu'il était le porte-parole de l'association «les amis de Paul Biya». Une déclaration qui jette une suspicion légitime sur le parti de Maurice Kamto en pleine campagne électorale. Il y a longtemps que les chaînes de télé¬vision privées ont pris le pas sur la télévision gouvernementale (Crtv) en proposant des programmes proches des attentes des camerounais. Parmi ceux-ci, la revue de la presse et les débats du di¬manche sont sans contexte les plus sui

vis. Lorsqu'un responsable politique y intervient, il sait ou devrait savoir qu'il s'adresse à des millions de camerounais. Une déclaration pour «tuer» le parti de Maurice Kamto? Lorsque Franck Hubert Ateba que l'on présente comme un Secrétaire national adjoint du Mrc déclare dimanche dernier au cour d'un de ces débats qu'il est le porte-parole de l'association «les amis de Paul Biya», c'est tellement gros que tous les observateurs pensent avoir mal en¬tendu. Pourtant malgré l'interpellation de son contradicteur du jour Célestin Djamen du social democratic Front (Sdf), l'homme ne se dégonfle pas.

Il répète haut et fort qu'il est bien le porte-parole de cette associa¬tion avec un air supérieur que savent prendre ceux qui traitent leur semblable avec condescendance. Devant son petit écran, on est mal à l'aise. On l'est d'autant plus que l'homme qui fait de grands gestes pour expliquer l'inexplicable n'a pas l'air d'un idiot. Comment en effet un idiot aurait pu être nommé ou élu Secrétaire national d'un parti «truffé» d'intellectuels ? On comprend très vite à qui on a à faire lorsqu'il devient quasiment hystérique parce qu'un intervenant essaye de défendre Yves Michel Fotso après la sortie médiatique catastrophique de l'ex bâtonnier Muna.

En tant qu'avocat de l'Etat du Cameroun, ce dernier avait mis sur la place publique l'information selon laquelle la société Gia, que l'on dit complice d'Yves Michel Fotso lui avait remis, pour le compte de l'Etat camerounais, un avion de marque Boeing et surtout l'équivalent de presqu'un demi-milliard de FCFA. Dans cette affaire, nous ne défendons pas Yves Michel Fotso qui n'a qu'à s'en prendre à lui-même car pour manger avec le «diable», il n'avait qu'à choisir une «cuillère» suffisamment longue. Mais en voyant un responsable d'un parti dit d'opposition tenir à son encontre, la totalité de l'argumentaire validé par Paul Biya, celui qui affirme par ailleurs être le porte-parole de ses amis ne peut qu'être suspect; hautement suspect.

Si comme il l'a déclaré avec beaucoup de conviction, Yves Michel Fotso est fautif dans cette affaire, que dire de l'homme qui a voulu «rouler» les institutions internationales pour s'offrir un avion à plusieurs dizaines de milliards de FCFA afin d'assouvir une quasi-génétique «folie de grandeur» ? Que vaut ce que l'on reproche à Yves Michel Fotso en comparaison à ce que l'on peut reprocher à l'homme dont il se déclare, non sans fierté, le «porte-parole» des amis? Qu'un opposant digne de ce nom soit fier d'une telle fonction alors que l'individu qu'il sert est sans contestation possible «l'occasion» de toutes les dérives financières que l'on constate, dans ce pays, en dit long sur le personnage Quand est-ce que la clarté se fera autour de l'engagement politique de Maurice Kamto? Tout cela serait risible s'il ne portait pas un lourd préjudice au Mrc qui s'engage dans une bataille politique louable dans la capitale politique camerounaise.

Étonnant est l'absence de réaction énergique de la part des hautes instances de ce parti, à l'exception d'Alain Fogué qui a eu la gentillesse de réagir (voir ci-joint) sans pouvoir nous indiquer la sanction que la parti entend prendre pour ce qui apparaît, au minimum, comme un «sabotage». Pourquoi ces déclarations sont dommageables au parti de l'ancien Ministre délégué au Ministère de la Justice? Depuis que ce dernier a démissionné de ses fonctions, des informations sur ses déboires avec le régime inondent les médias. Soit des réunions auxquelles il doit participer sont interdites à la dernière minute, soit les listes de son parti aux diverses élections sont rejetées par la «filiale» du Rdpc qu'est Elecam ; ou encore des rumeurs sur sa future arrestation par le pouvoir circulent dans certains médias proches d'Etoudi. Son «élection» à la tête du Mrc à l'hôtel Hilton s'était déroulée sous les lueurs des téléphones portables à cause, nous disait-on d'un sabotage des autorités.

Tout le monde sait qu'aucune institution dans notre pays n'agirait ainsi contre un tel personnage sans l'aval de Paul Biya qui n'a pas hésité à déclarer à l'ancien Ambassadeur des Usa au Cameroun que dans l'opération dite «Épervier», c'est lui qui choisissait qui devait aller en prison ou pas. (Wikileaks). Cette sortie vient en outre donner du grain à moudre à tous ceux qui ont toujours contesté le rôle d'opposant au Mrc et surtout à son leader. Ils ont peu goûté le fait que dès son entrée dans l'arène politique, ses attaques les plus violentes aient été envers les opposants historiques à Paul Biya. Que lors de ses rares interventions télévisées, toute attaque sérieuse envers ce dernier semble proscrite.

Une condamnation ferme de ces propos attendue Un homme politique de premier plan originaire de la même Région que Maurice Kamto nous faisait remarquer alors : «il est quel opposant? C'est un homme que Biya a envoyé pour semer la zizanie dans l'opposition. On le tient avec des dossiers. Il ne faut pas oublier que bien que Ministre, son cabinet privé était en affaire avec son Ministère». Une condamnation sans réserve des propos du Secrétaire national adjoint du Mrc est d'autant plus attendue que le fait que Maurice Kamto ait décidé de livrer une bataille électorale à Yaoundé où il vit depuis des années, commençait à le rendre sympathique auprès de nombreux Camerounais.

Ces derniers seraient heureux s'ils apprenaient que cette sortie n'était que l'œuvre d'une «taupe». La taupe est en effet un animal singulier. Il vit sous terre même si à la surface de la terre son cheminement ne passe pas inaperçu. Elle vit «dans l'obscurité mais n'est pas aveugle». Elle vit ailleurs sans «sortir de chez soi». Une taupe peut par conséquent «vivre» au Mrc tout en étant au mieux avec le Rdpc ou (et), être au service de Paul Biya ce qui revient au même. La politique camerounaise est formidable.

BENJAMIN ZÉBAZÉ

LÉOPOLD JUNIOR NGUEKO | Ouest Littoral<

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau