Cameroun - DOUALA : Le corps disparu dans une morgue serait à Bangoua

morgue.jpg

Une autre famille aurait malencontreusement emportéla déouille d'Anne Kammogne à l'hôpital de district de New-Bell.

Cette affaire a défrayé la chronique dans la ville de Douala la semaine dernière. Le corps d’Anne Kammogne, mis à la morgue de l’hôpital de district de New Bell dans l’arrondissement de Douala IIe depuis le 18 mars 2013, date de décès de cette dame, a curieusement disparu. Un fait par les membres de la famille de la défunte le jeudi 11 avril, au moment de la mise en bière. «C’est grave par ici, nous avons tout fait, mais le corps de la mère reste introuvable », confiait alors un membre de la famille à nos confrères de Le messager. Pourtant, à en croire les enfants de la défunte, «toutes les modalités avaient été remplies.» Ces derniers sont alors surpris ce jeudi, lorsque le croquemort leur présente un corps qui n’a aucun trait de ressemblance avec la dépouille de leur maman. «Nous avons gardé le corps avec les cheveux tressés. Celui exposé est une dame sans cheveux, et de teint clair», avait alors confié Jean Jules Negum, l’un des fils de la défunte à nos confrères du même quotidien.

Courroucés, les membres de la famille saisissent la direction dudit hôpital et la gendarmerie de Nkololoun où une plainte est déposée. Les obsèques sont reportées. Une enquête est immédiatement ouverte par la brigade territoriale de Nkololoun. Les huit croque-morts en fonction dans ladite formation hospitalière sont interpellés. Ils sont transférés à la division de la Police judiciaire (Pj) pour le Littoral qui diligente désormais l’enquête. L’affaire va connaitre un autre rebondissement samedi, 13 avril dernier. Les membres sont convoqués à la Pj. Surprise totale. La dépouille d’Anne Kammogne serait à Bangoua dans la région de l’Ouest Cameroun. Il y aurait eu confusion de corps. «Nous avons été convoqués à la Pj (samedi ; Ndlr). Une fois arrivé sur place, on nous apprend que le corps de notre maman a été retiré depuis vendredi surpassé (5 avril 2013, Ndlr) par une famille.

Et il a déjà été inhumé à Bangoua. Selon les enquêteurs, une famille a fait une confusion au moment de la levée de corps», confie Patrick Soh Sonkou, petit fils de la défunte. L’autre famille a, elle aussi été convoquée, apprend-on. «Les membres de cette famille disent qu’ils ont émis un doute sur le corps qu’on leur avait remis. Mais, le croque-mort a réussi à les convaincre que c’était celui de leur mère. Nous leur avons présentés les photos de notre mère et ils ont reconnu qu’elles coïncidaient avec le corps qu’ils avaient enterré», indique Patrick Soh Sonkou.

Une lueur d’espoir pour la famille de feue, Anne Kammogne qui souhaite en finir au plus vite avec cette affaire et que leur mère repose enfin en paix dans son village natal à Bahouang, dans le département des Hauts plateaux de l’Ouest Cameroun. D’ailleurs, avec ces nouveaux éléments, les membres de cette famille ont déposé une demande d’autorisation d’exhumation du corps inhumé à Bangoua. Cinq des huit croque-morts sont toujours en garde à vue à la Pj. Sur demande du directeur de l’hôpital de district de New-Bell, Dr Martial Nomo Eteme, trois croque-morts ont été relaxés afin que le service à la morgue se poursuive.

© Mutations : SANDRINE TONLIO TIAKO

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau