Cameroun,Chronique Nkongsamba FM:Vous avez dit que les camerounais sont impolis et agressifs ?

violence-feminin.jpg

On sait que la politesse, le sourire, la courtoisie ne sont pas les actes et gestes les plus usités des camerounais.

Dans un élan normal et courtois, dites bonjour à un camerounais ou une camerounaise dans l’une des rues de Nkongsamba, Douala, Yaoundé. Vous le regretterez amèrement. Vous allez au mieux vous prendre un de ces regards sévères et menaçant en guise de réponse. Là encore ça va. Vous pouvez vous sentir heureux. Sinon vous allez vous ramasser d’un « Tu me salues pourquoi ? Tu me connais ? Vois-moi celui là, tchuipppp ».

Si vous arrivez de l’étranger, habitués que vous êtes à vous arrêter à un feu rouge comme le demande le code de la route, arrêtez-vous donc à un de ses rares feus de Douala ou Yaoundé. Vous aurez besoin d’un temps de réflexion pour vous assurer que vous ne vous trouvez pas dans un stade d’Afrique du Sud pendant la coupe du Monde.

Un tonnerre de klaxon derrière vous viendra vous rappeler qu’ici c’est le Cameroun ! Vous recevrez un "Dégages ! Tu veux dire quoi ? Certains vous demanderont même où est ce que vous avez obtenu votre permis de conduire non sans oublier d’insulter toute votre famille" ? Allez dans les Université d’Etat. Il vous faudra avoir du musclE pour trouver une place dans les amphis, s’alimenter au restaurant universitaire, lire les résultats des partiels.

Dans un service public, vous attendrez en vain un sourire d’accueil. Exigez-le si vous voulez, on vous montrera la porte de sortie, là encore c’est pour celui qui a votre temps ! Dans une boutique ou dans un restaurant, la mine défaite de l’hôtesse vous indiquera que vous n’êtes pas la bienvenue bien qu’elle soit payée pour ça ! Dans les quartiers, il vaudrait beaucoup mieux de vous boucher les oreilles pour ne pas capter les insanités que se profèrent les voisines sans que les causes soient toujours clairement établies.

Entrez dans les maisons, vous vous rendrez compte que le mari-qui malgré tout finit ses nuits dans la maison conjugale a une de ses mines d’enfer au moment de laisser la ration du matin. Dans les forums de sites web, les camerounais de la diaspora s’échangent les noms d’oiseau. Heureusement qu’ils ne se voient pas en face. La violence de l’écriture serait vite transformée en coup de poings.

Sur les terrains de football, il faut se référer aux évènements de Puma où deux de nos vielles gloires se sont vus molestées par des supporters armés de machettes et de gourdins, pour se rendre compte que la violence gagne du terrain avec à la pointe les actes de racisme très fréquents dans les stades. Ne parlons pas de la violence sur nos axes lourds, de nos forces de l'ordre...

Pourquoi toujours la mine renfrognée des Camerounais ? Pourquoi cette agressivité chronique ? Pourquoi cette impolitesse légendaire ? Pourquoi ce manque de courtoisie permanent ? Vous avez dit que les camerounais sont impolis et agressifs ? C’est vrai.

Peut-être que tout changera … en 2035 avec l’émergence.

Chronique du 18 mars 2013

Sur www.Nkongsambafm.org

© Source : www.Nkongsambafm.org

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau