Cameroun - Châtiment: La justice romaine aux trousses de Tonyè Bakot

De sources bien informées, l'ancien archevêque déchu de Yaoundé pourrait être traduit devant les juridictions prévues par la curie romaine (justice religieuse).

tonye-bakot-pn-008-thn-475.jpg

Ce socle constitutionnel qui est la base de la gestion de toutes les affaires du Vatican actuellement en révision devant de nombreuses incongruités relevées et son âge (plus de 2000 ans), pourrait intervenir devant la situation scabreuse dans laquelle Mgr Victor Tonyè Bakot a foutu l'archidiocèse de Yaoundé. Pendant que des indiscrétions affirmaient que Mgr Victor Tonyè Bakot a été coopté dans les «coulisses» par le Vatican pour un poste compte tenu de sa proximité avec Benoit XVI, l'ancien «locataire» du Vatican, d'autres curiosités ont la certitude que le Pape François envisage appliquer pour une fois la réglementation de la curie romaine.

La curie romaine, définie par le canon 360 du code du droit canonique qui stipule que c'est un instrument dont se sert le Pontife suprême, le Pape François, pour traiter les affaires de l'église toute entière. Sous l'autorité du Pape François, elle est composée de la Secrétairerie d'Etat ou Secrétariat du Pape, du Conseil pour les affaires publiques de l'Eglise, les Congrégations Tribunaux et autres instituts. Dans toute cette constellation, la curie romaine a prévu dans les cas tels que celui de Mgr Tonye Bakot Victor, trois tribunaux qui sont: La pénitencerie apostolique, le Tribunal suprême de la Signature apostolique et la Rote romaine.

Actuellement géré par le Cardinal Tarcisio Bertone, arrivé à ce poste le 15 septembre 2006 après une nomination de Benoit XVI, l'un de ces tribunaux a permis de juger l'ancien majordome du Pape Benoit XVI, auteur du scandale de Vatileaks; comme pour dire que «le linge sale se lave en famille». Sa longue collaboration avec Benoit XVI, de la même «obédience» religieuse que Mgr Victor Tonye Bakot, ne lui permettra peut-être pas de «punir» l'ancien archevêque de Yaoundé pour son «obstination» contre les instructions du Vatican. Par contre, pour la révision de la curie romaine, le Pape François a nommé l'évêque auxiliaire Francesco Coccopalmerio, président du conseil pontifical pour des textes 'législatifs.

A son arrivée, le Souverain Pontife a constaté, comme l'avait fait l'un de ses prédécesseurs, que les textes applicables de la curie romaine sont «vieillots». Révisée et adaptée au monde actuel, cette curie romaine apportera considérablement d'améliorations dans l'exercice des fonctions de la grande famille de l'église romaine.

Les attentes des ouilles

Emveng, Bamiléké, prêtres, parents d'élèves ayant été heurtés par le prélat, attendent que justice soit rendue. Celle du Vatican en l'occurrence agit de façon complexe, loin de l'âpreté de la justice populaire ou générale. Mgr Victor Tonyè Bakot qui aurait échappé à un assassinat récemment, une manière de faire croire au Vatican qu'il est une victime alors qu'il n'en est pas, attend son heure entre quelques homélies qu'il a encore le courage de faire et la pénitence qu'est la prière. Seul ce vrai Dieu dont il s'est targué avoir servi et prié toutes ces années a le dernier mot just wait and See.

© Yannick Ebosse | L'Indépendant

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau