Cameroun - Boko Haram : au moins 30 suspects arrêtés

Une trentaine de Nigérians en situation irrégulière ont été arrêtés dans l'extrême-nord du Cameroun, où l'armée a commencé à déployer d'importants renforts pour faire face à la menace du groupe islamiste Boko Haram, a indiqué aujourd'hui à l'AFP la gendarmerie locale.

Bir 1

"Les forces de sécurité et de défense ont interpellé hier 29 Nigérians suspects", sur deux petites îles camerounaises situées dans la zone du lac Tchad, a déclaré un responsable de la gendarmerie de Fotokol, ville camerounaise frontalière du Nigeria. "Il s'agit de personnes trouvées en situation irrégulière. Ce matin la gendarmerie de Fotokol les a remis aux responsables de l'immigration nigérians" positionnés à Gambaru, localité nigériane proche de la frontière.

"Il appartient maintenant aux autorités nigérianes de les interroger pour déterminer s'il s'agit de militants de Boko Haram ou pas", a ajouté le responsable. "Ces interpellations ont eu lieu à la suite du bouclage de la zone du lac Tchad que certains présentent comme étant une base de repli pour les Boko Haram", a-t-il précisé. Le Cameroun, qui partage plus de 2.000 km de frontière avec le Nigeria, subit de plus en plus d'attaques ciblées des islamistes armés, dont la dernière mercredi où trois militaires camerounais ont été blessés.

Le 17 mai, les présidents du Nigeria et de quatre pays voisins, dont le Camerounais Paul Biya, réunis à Paris, ont adopté un plan de "guerre"contre Boko Haram, qualifié de "menace majeure" pour la région. Dans la foulée, l'armée camerounaise a commencé à déployer d'importants renforts militaires - 2.000 à 3.000 hommes selon les sources sécuritaires - dans l'extrême nord du pays pour lutter contre les insurgés nigérians. Dans les environs de Fotokol, ce sont ainsi plus de 300 soldats au total qui patrouilleront dans la zone du lac Tchad dans les prochains jours, selon le responsable de la gendarmerie.

© Source : AFP

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau