Cameroun - Avions chinois: Le Gouvernement persiste et signe

Alors que deux compagnes asiatiques viennent de les sortir de leur flotte, le conseil d'administration de Camair Co vient d'entériner la venue de ces aéronefs.

image.gif

Les autorités de l'aviation civile d'Indonésie et de Myanmar (Birmanie), vient d'ordonner le maintien au sol des avions MA 60 de fabrication chinoise de la flotte de ces deux compagnies aériennes. La raison de ce revirement de situation dans ces deux pays, notamment au sein de la compagnie indonésienne Merpati Airlines et Myanmar Airways, c'est la survenance de plusieurs accidents d'avion imputés à cet appareil chinois, indique le magazine de l'aviation civile internationale Ain online du mois de juillet. Le 10 juin dernier, un MA 60 de la compagnie Merpati Airlines avait crashé sur le tarmac de l'aéroport de Kupang l'Est de l'Indonésie.

Le même jour, le même appareil avait fait une sortie de piste et perdu le contrôle à l'aéroport de Kawthaung en Birmanie. Selon, Ain Online, le Directeur général de l'aviation civile birmane, Tin Naing Tun, avait indiqué que les dégâts étaient suffisamment sévères pour que ces avions soient à nouveau autorisés à voler. D'après le magazine de l'aviation civile internationale, la flotte des MA60 de la compagnie indonésienne Merpati se chiffre à 13 aéronefs. Les premières livraisons ont été faites en 2005. Mais au courant de l'année 2011, un aéronef livré en 2008, a crashé dans l'Ouest du pays, tuant 25 des 27 passagers à bord. Si en Indonésie (trois mois) et en Birmanie l'heure est au maintien au sol des MA 60 avant leur retrait définitif, aux Philippines, quatre appareils du fabricant chinois viennent d'être retirés de la flotte du transporteur Zest Air.

Au Cameroun, le dernier conseil d'administration de la compagnie nationale Camair-Co a entériné de sources concordantes, l'arrivée de ces avions chinois sur lesquels pèsent de forts soupçons de qualité. En effet, jusqu'ici, les MA60 n'ont pas été certifiés par les autorités de l'aviation civile camerounaise. En dehors de cette carence grave dans le processus d'acquisition d'un aéronef; il y a que les MA60 acquis par le gouvernement camerounais auprès de la Chine, ne disposent pas d'un centre de maintenance au, Cameroun encore moins dans la sous-région.

Côté gouvernement, le Ministre des Transports, Robert Nkili, lors de la session parlementaire du mois de juin dernier, indiquait aux députés que les avions chinois étaient de bonne qualité. «Le gabarit de ces avions à hélices facilite leur décollage et leur atterrissage sur des espaces réduits, comme dans nos aéroports domestiques; Ces avions sont de bonne qualité, ils ont été pilotés de Beijing à Yaoundé par des pilotes américains et ils volent partout dans le monde. Les pièces d'avions sont fabriquées dans divers pays dans le monde. Les avions MA 60 ont des moteurs américains, ils ne sont pas chinois. Ces appareils permettront Camair-Co de véritablement devenir une étoile pour notre pays», expliquait-il en substance au cours de la séance de questions orales aux membres du gouvernement.

Dans le monde entier, le MA 60, fabriqué par l'entreprise chinoise Xian Aircraft Industrial Corporation, a été mis en service en 2000.

Plusieurs compagnies aériennes l'ayant acheté, ont décelé des problèmes techniques qui contraignent le constructeur chinois à revoir son prix à la baisse. D'ailleurs, du fait de ces problèmes techniques, le Zimbabwe et le Congo sortent de leur flotte ces avions qui ne rendent pas satisfaction. En une année, après le Zimbabwe qui en a retiré trois de sa flotte en février dernier, en plus des quatre de la compagnie philippine, cela fait sept avions déclarés officiellement hors-service chez plusieurs transporteurs. Et si les Birmans et les Indonésiens confirmaient le retrait de ces avions de leur flotte respective, on atteindra alors, en une année, le nombre de 20 aéronefs sortis du circuit du transport aérien.

© PIERRE CÉLESTIN ATANGANA | Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau