Cameroun - Au Tribunal: Etoundi Oyono distribue de l'argent aux détenus de Kondengui

Le Dg du Port autonome de Douala a sympathisé avec des prisonniers, vendredi dernier, en leur offrant une liasse de billets au Tribunal. C'est un Emmanuel Etoundi Oyono plutôt jovial, dégagé et très détendu qui s'est présenté devant la barre du Tgi du Mfoundi ce vendredi 1er novembre 2013 pour honorer de sa présence l'audience criminelle consacrée à l'affaire qui l'oppose au Ministère public.

etoundi-oyono-512x288.jpg

Le Dg du Pad est en effet poursuivi devant cette juridiction pour répondre des faits de complicité d'usage de faux. Arrivé quelques minutes plus tôt avant l'entrée en salle du président Schlick, le Dg du Pad, flanqué de sa garde rapprochée et qui arbore un large sourire, distribue quelques accolades à des proches et autres sympathisants qui l'accueillent dans le hall d'entrée de la petite salle des audiences du Tgi du Mfoundi où l'attendent déjà à l'intérieur ses cinq avocats commis pour la défense de ses intérêts.

Il a juste le temps de prendre place derrière eux lorsque le greffier audiencier annonce l'entrée du collège des juges que préside Gilbert Schlick. L'absence d'une des membres du collège des trois juges, Madame Essama, ne passe pas inaperçue. Une clameur sourde parcourt aussitôt le public de la petite enceinte qui voit se profiler un autre renvoi de cause après une attente de plus de quatre heures. La suite de l'audience donne raison, quelques minutes après, à ce public averti. Le président Schlick confirme que les débats ne peuvent s'ouvrir en raison de l'absence de Madame Essama, la deuxième vice-présidente de la collégialité, pour cause de décès de sa mère. En conséquence, le Tribunal étant irrégulièrement constitué, la cause est, annonce le président Schlick, renvoyée au 07 novembre 2013 pour les mêmes fins, c'est-à-dire pour audition des témoins de Etoundi Oyono. En attendant que le Tribunal soit de nouveau régulièrement constitué.

Générosité

Un report de cause qui semble donner des ailes à Emmanuel Etoundi Oyono qui se laisse aller à quelques effusions de joie, à quelques débordements et autres libéralités vis-à-vis des déshérités de la prison centrale de Kondengui présents à l'audience. Dans un élan de sympathie pour ces laissés- pour-compte, le Dg du Pad quitte le banc des accusés et dégaine son porte-feuille grassement garni. Il en sort quelques liasses de billets. Du trébuchant qu'il confie en toute générosité à un détenu qui se présente comme l'aîné de ses compagnons d'infortune prisonniers. Au grand dam de deux gardiens de prison accourus aussitôt pour prendre possession du magot.

Trop tard! L'aîné des prisonniers les avait devancés. Suivront par la suite des effusions de joie et autres propos laudateurs à l'égard du généreux Dg du Pad qui avait tôt fait de quitter la scène sur la pointe des pieds. Il apprendra plus tard que les détenus lui souhaitent longue vie à la tête du Port Autonome, beaucoup de bonheur et de prospérité. Au cas où il n'écope pas d'une peine privative de liberté dans le procès en cours qui a vu ses présumés complices Hervé Nko'o, Serges Sabouang et Harrys Mintya, déjà condamnés à 15 ans de prison ferme pour le premier et à une condamnation avec sursis pour les deux autres. Sabouang et Mintya que le Procureur Fabo Onana attend de pied ferme pour, jure-t-il, les confondre devant la barre du Tgi du Mfoundi jeudi prochain, relativement à leurs déclarations qu'il juge contradictoires devant le juge d'instruction.

© EVARISTE MENOUNGA | Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau