Cameroun - Arnaque : Cinq agents de la Comunauté urbaine de Douala interpellés

prisonnier-en-menotte.jpg

Les suspects ont été déférés au parquet du Tribunal de première instance de Ndokoti mercredi 30 janvier pour complicité.

Cinq agents de la Communauté urbaine de Douala ont été interpellés mardi 29 janvier 2013 et déférés au parquet du Tribunal de première instance de Ndokoti.

Ces agents ont été dénoncés par de faux agents de la Cud, qui avaient été interpellés quelques jours plus tôt et placés en garde à vue à la brigade de gendarmerie de Nylon, dans l'arrondissement de Douala 3ème.

Les sources proches du dossier n'ont pas communiqué les noms des suspects, pour cause de secret de l'enquête préliminaire et de l'instruction judiciaire.

Ils indiquent néanmoins que les cinq agents ont été dénoncés comme étant les complices des faux agents qui arnaquaient au nom de la Communauté urbaine, et suite à une plainte déposée à la brigade de Nylon par le délégué du gouvernement auprès de cette communauté urbaine, Fritz Ntonè Ntonè, qui a été entendu.

Le premier faux agent a été interpellé par un gendarme alors qu'il dispersait des commerçantes aux abords de la chaussée, au lieu-dit Grand Shell à « Village ». Surpris pendant cette opération par un agent en service à la Cud, le faux agent tente de s'expliquer. Il déclare à son interlocuteur qu'il est lui aussi employé de la Cud, chargé de la surveillance du secteur où il opérait ainsi.

Pour montrer sa bonne foi, il brandit un ordre de mission portant la signature du délégué Ntonè Ntonè. Il est alors interpellé par un gendarme de la brigade de Nylon, de passage sur le lieu de la dispute. Réquisition et vérification faites, l'ordre de mission présenté n'était qu'une copie falsifiée du cachet nominatif et de la signature du délégué du gouvernement.

« Ils ont certainement bénéficié de complicités à la Cud », a indiqué notre source. C'est ainsi qu'au fil des auditions du faussaire, ses complices sont interpellés les uns après les autres et entendus à la brigade de gendarmerie de Nylon, où ils ont été rejoints mardi par les cinq agents de Cud. Le Jour a appris que ce réseau, bien huilé, et qui aurait pour cerveau un certain « Pince », opérait jusqu'à Bonabéri dans l'arrondissement de Douala 4ème.

« Ils contrôlaient les permis de bâtir, l'hygiène et salubrité, entre autres documents officiels », nous apprend notre source. Le démantèlement du réseau n'est pas encore bouclé.

© Le Jour : Théodore Tchopa

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau