Cameroun Alerte ! Camair-co: attention, escrocs "à bord"

Le fait est suffisamment inquiétant pour que Camair-Co, la compagnie nationale se fende d’un communiqué de presse.

imagejpeg

C’est que des escrocs se servent de son label pour dépouiller d’honnêtes citoyens. Le fait est suffisamment inquiétant pour que Camair-Co, la compagnie nationale se fende d’un communiqué de presse. C’est que des escrocs se servent de son label pour dépouiller d’honnêtes citoyens. Le tour ? Ils aguichent leurs cibles en leur promettant des charters et autres voyages de groupes prétendument organisés en partenariat avec Camair-Co.

Les noms de certaines personnalités notamment de la Présidence de la république tel celui de Martin Belinga Eboutou ou de la primature sont mis en avant. Ils invoquent tantôt une messe œcuménique à Maroua pour célébrer la paix et la stabilité au Cameroun, tantôt la participation au Cinquantenaire de la Réunification du Cameroun. Une fois l’argent destiné au titre de transport empoché, ces malfrats fondent dans la nature et les gogos tombés dans le piège n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.

Quelle est l’étendue des dégâts causés ? Des sources à Camair-Co avouent ne pas en avoir une idée exacte, mais estiment le préjudice important pour l’image de la compagnie nationale. C’est pour informer l’opinion publique et mettre fin à cette arnaque organisée dans son dos que Camair-Co s’est résolue à commettre un communiqué de presse signé hier par le directeur général adjoint et dont copie est parvenue à notre rédaction. Y qualifiant ces escrocs « d’individus mal intentionnés », Camair-Co rappelle qu’elle n’est en rien concernée par ces voyages de groupes et qu’elle « n’en organise pas en ce moment » et indique que que seules ses « agences de Paris, Douala (Bonanjo et Aéroport, Yaoundé (centre-ville et Nsimalen), Maroua, Garoua et bientôt Ngaoundéré ainsi que les agences de voyages agréés sont [seules] habilitées » à vendre les billets de la compagnie. En cas de doute, deux lignes de téléphone (33 50 55 00 ou 33 50 55 50) sont proposées à l’usager pour vérifier qu’il s’agit d’un intermédiaire agréé. Un homme averti, en vaut deux, dit un adage populaire…

© Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau