Cameroun - Affaire Sodecoton: Iya Mohammed soutenu par International Cotton Advisory Committee

La cabale judiciaire dont l'ex Dg de la Société de développement du coton est l'objet lui attire une vague de sympathie dans les milieux du coton.

iya-mohammed-1.jpg

Après Géocoton, c'est au tour de l'Icac qui compte en son sein des pays d'Afrique, d'Europe, d'Asie et d'Amérique de lui témoigner sa solidarité. Jamais un ex dirigeant d'entreprise n'a autant fait l'unanimité parmi ses pairs. Iya Mohammed, arrêté le 13 juin 2013 suite à des accusations non prouvées de détournement de fonds, fait couler beaucoup d'encre sur sa situation. L'on se souvient qu'au lendemain de sa mise en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé (Kondengui), des associations camerounaises de producteurs de coton, n'écoutant que leur courage et la petite voix de la vérité, s'étaient fendus de lettres de soutien à son endroit, soulignant sur plusieurs paragraphes la qualité de sa gestion. Chose curieuse: lya Mohammed fut arrêté à une période où la Sodecoton empilait les bénéfices à hauteur de milliards.

Une performance prodigieuse quand on sait qu'un peu partout en Afrique les entreprises cotonnières sont des gouffres à sou. Comme un parfum de règlement de compte, le nordiste est jeté en prison sans être limogé. Fait inédit dans les annales de l'opération Épervier et indice de précipitation. L'opinion jusque-là avait été habituée à voir la destitution précéder l'arrestation. Là, on a mis la charrue devant les bœufs. Indigné à son tour contre l'instrumentalisation de la justice, Geocoton le deuxième plus gros actionnaire de l'entreprise de Garoua après l'Etat du Cameroun refusa courageusement de se constituer partie civile dans le procès contre Iya Mohammed.

Le groupe français, depuis lors, ne fait pas mystère de son soutien à l'ex président de la Fédération camerounaise de football, qui à ses yeux n'a préjudicié la Sodecoton d'aucun kopeck. Pris à son propre jeu et ne pouvant porter l'accusation seul sans apparaître ridicule, le Tcs (soupçonné d'être un jouet aux mains des bourreaux de Iya) manque toujours de courage pour remettre à un homme la liberté dont il est injustement privé. Le témoignage de l'Icac, Terry P. Townsend, le directeur exécutif de l'Icac rend hommage à Iya Mohammed dans une lettre traduite de l'anglais par La Météo.

«Au cours de ma carrière l'Icac, j'ai observé les performances du secteur du coton de différents pays y compris ceux d'Afrique. J'ai pu mesurer de manière empirique que la Sodecoton est l'une des entreprises les mieux dirigées d'Afrique de ces vingt dernières années. Le rendement moyen dans le secteur du coton au Cameroun est le plus élevé d'Afrique hors Afrique du sud et les performances de l'industrie du coton dans ce pays est substantiellement supérieur à celles des pays voisins, ce qui indique que la Sodecoton bénéficie d'un management de qualité», aurait écrit Terry P. Townsend. Son courrier porte la date du 23 octobre 2013, donc bien récent.

Et, c'est le piquant car, plus loin le directeur exécutif de l'Icac se livre à une confidence propre à étouffer de honte les personnes qui ont peint Iya comme un prédateur économique patenté: «j'ai eu l'opportunité de vous [Iya Mohammed] rencontrer à de nombreuses occasions, et je vous ai trouvé bien informé et très au fait de l'actualité sur l'industrie du coton, et un visionnaire dans le leadership africain du coton. Vous êtes également un homme de grande sincérité et d'honneur et cela a été un plaisir d'échanger avec vous chaque fois».

La médisance n'a pas de longues jambes! L’Icac est composé des pays-producteurs de coton ci-après: Argentine, Etats-Unis, Australie, Belgique, Brésil, Burkina Faso, Cameroun, Chine (Taïwan), Colombie, Côte-d'Ivoire, Egypte, France, Allemagne, Grèce, Inde, Iran, Italie, Kazakhstan, Kenya, Corée, Mali, Mozambique, Nigeria, Pakistan, Paraguay, Pérou, Pologne, Russie, Afrique du Sud, Espagne, Soudan, Swaziland, Tanzanie, Tchad, Togo, Turquie, Ouzbékistan, Zambie et Zimbabwe.

© Nadine Bella | La Météo

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau