Cameroun: 35,3% de femmes accouchent encore à domicile

Félicité Tchibindat, arrivée au Cameroun il y a deux mois seulement a fait cette annonce au cours de la cérémonie de vœux à la presse nationale le 30 janvier 2014.

Photo 2012 299 10 04 48

La représentante résidente de l’Unicef a également fait avec les hommes de médias, le point des activités de l’institution dont elle a la charge au Cameroun. Le Réseau des journalistes pour l’Enfant (Rejae) était à l’honneur hier, jeudi 30 janvier 2013 à Yaoundé. Cette association d’hommes et de femmes de médias ayant accepté de militer pour le respect des droits de l’Enfant a profité de cette cérémonie de présentation des vœux à Félicité Tchibindat, la représentante résidante du Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance, pour dérouler le bilan de ses activités au cours de l’année 2013. Jackson Mbozo’o, son président a laissé entendre que ce regroupement a vu le jour en 2012, à l’issue d’un atelier de formation des journalistes sur les questions des droits de l’Enfant organisé à Kribi.

Depuis lors, plusieurs sessions de formation ont permis aux membres de ce réseau de s’imprégner des problèmes de santé publique auxquels sont confrontés les enfants au quotidien, et les moyens de les en prémunir. Le lavage des mains, les difficultés liées à la scolarisation de la jeune fille dans la partie septentrionale du pays, les vertus du lavage des mains ont également fait partie des thèmes de réflexion pendant les descentes sur le terrain. L’association qui a déjà une existence légale souhaite que l’Unicef continue à apporter son entière collaboration pour qu’elle mène à bien ses activités.

L’un des membres du réseau a d’ailleurs présenté un site dénommé Bambinos, qui traite exclusivement des informations relatives à l’enfant. Une interface qui présente les loisirs et divertissements conseillés aux enfants, tout en proposant toutes les informations utiles pour mieux comprendre la situation de cet être vulnérable. Pour la représentante résidente de l’Unicef, beaucoup reste à faire en faveur des enfants. Car jusqu’ici, 45% de décès chez les moins de 5 ans sont encore causés par la malnutrition.

De même, les maladies diarrhéiques sont encore à l’origine de beaucoup de décès. Malgré la présence des centres hospitaliers un peu partout dans le pays, près de 35,3% d’accouchements se passent encore à domicile, avec tous les risques que cela comporte. Les membres du Rejae doivent donc mouiller le maillot, ce d’autant plus que l’année 2015 avait été choisie par l’Organisation des Nations-Unies pour l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement.

© Joseph Flavien KANKEU | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau