Bamenda: Le leader d’une secte échappe au lynchage

Un groupe composé de 17 adultes, dont 9 femmes, 8 hommes et 32 enfants, a été découvert le 12 mars 2013 à Bamenda.

Les membres de cette secte vivent dans une concession clôturée face Longla College Bamenda depuis 2001. La découverte de ladite secte par les éléments du Commissariat central de la ville de Bamenda le mardi 12 mars 2013 a été faite suite à la mort de l’un de ses membres.

Ce mardi, le nommé Ngong Harrison Nde, 38 ans et diplômé de l’Université de Buea, membre de la secte, meurt dans ce lieu. Il était l’un des enseignants des enfants de la secte. Les autres membres informent la famille du décès. Celle-ci arrive sur les lieux et réclame la dépouille. Le refus catégorique de remettre la dépouille du défunt à sa famille fait monter la tension entre les membres de la secte et la famille du défunt.

La foule accourt alors et devient curieuse. Les membres de la secte sont des hommes barbus comme les talibans. Dans la cour de la concession, on retrouve des jeunes femmes et plusieurs enfants. Avec les disparitions d’enfants signalées ces derniers temps dans la ville, il y a suspicion et des soupçons révèlent désormais que cet endroit est le refuge des enfants enlevés. La foule devient incontrôlable et la police descend sur les lieux. Les neuf femmes, trente-deux enfants et cinq membres de la secte sont secourus et conduits au commissariat. La foule s’excite et menace de brûler tout sur place.

Le Gouverneur du Nord-Ouest, Adople Lele Lafrique, et le Délégué Régional de la Sûreté nationale du Nord-Ouest, Gousmo Emile, font une descente sur le lieu. Ils y retrouvent le Commandant de la Gendarmerie et le Chairman du SDF qui ne réussissent pas à calmer les esprits. Deux véhicules de luxe appartenant aux leaders du groupe sont incendiés et la concession pillée. Certains membres de la secte ont échappé de justesse au lynchage à l’instar de Taah Richard qui souffre de blessures sur la tête.

Les membres du groupe sont : Taah Richard Teku, 47 ans, originaire de Batibo. Il déclare avoir 8 femmes et 30 enfants ; Nchumuluh Peter Adange, 73 ans et père de 15 enfants dont 02 dans la secte ; James Ndam Mbaku, a une femme et 03 enfants ; Victor Fongang, mère de deux enfants et Fon Joseph sans femme ni enfant.

Selon Taah Richard qui se dit « évangéliste», c’est une famille chrétienne qui vit dans cet enclos depuis 2001. Ce n’est pas une Église, mais ils lisent la Bible, prient deux fois par jour et font des louanges à Dieu. Il dit qu’ils ne sont pas contents de ce qui se passe dans la société, raison pour laquelle ils vivent reclus dans cette concession. Les enfants de cette secte ne partent pas à l’école, à l’hôpital. Tous les 32 enfants sont nés dans cette concession, ils se font soigner au moyen de plantes naturelles, ils sont en outre végétariens.

Il dit que les raisons de cette exclusion sociale est leur garantie d’une bonne moralité face aux maux de la société. M. Taah explique que leurs barbes représentent leur foi et qu’ils ont une conviction qu’ils ne doivent pas se raser. Les enquêtes se poursuivent et les enfants se trouvent actuellement à l’Hôpital Régional de Bamenda où ils sont examinés. Les rumeurs parlent d’un trafic d’enfants et de parents qui seraient venus reconnaître leur enfant disparue il y a 7 ans, qui aujourd’hui en aurait 19 et serait l’une des femmes de Taah.

© Salma Amadore | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau