Afrique : en vacances au pays pourquoi se la pètent-ils ?

« Frimeur en Afrique, Éboueur en Europe », c’est le double visage, tous deux hideux, de ces immigrés qui friment et flambent quand ils vont en vacances au bled, alors qu’en France ils triment et tremblent sous leur boulot de merde. En effet, la réalité de beaucoup d’africains et d’arabes vivant dans l’hexagone se résume en onze mois de galère délétère ici, pour un mois de fanfaronnade éphémère là-bas.

En Hiver sous la neige et le froid, et en été sous un soleil caniculaire, il inhale les odeurs nauséabondes des poubelles qu’il vide à longueur de journée, il cohabite avec les rats dans un minuscule HLM délabré, il se nourrit au secours populaire, il enjambe les portiques du métro, incapable qu’il est de se déplacer sans frauder. Voilà à quoi ressemble le quotidien invariable de ce tâcheron smicard, qui n’est rien d’autre qu’un misérable gardien de parking, un laveur de plats, un promeneur de chien ou tout simplement un vulgaire chômeur ici en France.

Mais une fois en Afrique pour ses vacances, notre ramasseur de déchets urbains prend des airs de bourgeois gentilhomme, suffoquant sous un costume-cravate qu’il porte même pour dormir, tellement il n’est pas habitué à porter un tel vêtement. Ainsi brillera t-il aux yeux des ignares en déficit de lucidité, en se faisant passer pour un ingénieur alors qu’il n’est en réalité qu’un génie dans la collecte des ordures ménagères.

Au cours de sa villégiature tropicale, ce minable chiffonnier cherchera à se faire voir en se pavanant dans le quartier de son enfance à bord d’une voiture décapotable qu’il aura loué pour la circonstance. Il ne manquera d’ailleurs pas au passage d’éclabousser volontairement les piétons pour bien se faire remarquer. De plus, il se présentera comme celui à même de payer pour tout le monde, allant jusqu’à monnayer le Disc Jockey pour s’entendre chanter son nom dans le micro.

Il surfera aussi sur la naïveté proverbiale des unes et l’ignorance crépusculaire des autres en alignant des bouteilles de champagne en boite de nuit pour épater les nanas. A ce propos, ce piteux vantard ne manquera pas d’enfumer l’esprit de ses amis du pays, avec des histoires cousues de toutes pièces dans lesquelles il s’inventera des conquêtes féminines qui n’existent que dans sa grosse tête. Ainsi, il s’auto-glorifiera de prouesses sexuelles qu’il n’a jamais exprimées ailleurs que dans sa main droite.

Pourtant ici en Europe, la masturbation chez beaucoup d’hommes est un véritable championnat. Mais en bon menteur qu’il est, il racontera à qui veut l’entendre, comment il se tape des blanches en France, alors qu’en réalité il vit de la branlette et d’eau fraîche. Voilà le mensonge grotesque, la gestuelle simiesque, l’allure pédantesque et le spectacle guignolesque que nous offre ce pseudo pacha qui s’acharne à vouloir paraître ce qu’il n’est pas.

Mais ne vous laisser pas impressionner, car tout ceci n’est que fumisterie. Le cirque que nous livre ce bipède tropical n’est en réalité qu’une manière pour lui d’expulser sa frustration de ne pouvoir mener la vie qu’il aurait tant souhaiter. Faute de pouvoir vivre son rêve américain, quoi de plus simple que d’aller rêver sa vie en Afrique ? Ne dit-on pas qu’au pays des aveugles, les borgnes sont rois ?

Pourtant la réalité de ce prisonnier des complexes est profondément méconnue des siens. Normal, il ne leur dit pas la vérité. Mais eux ils l’envient, et se rêvent la même vie que lui. Pourquoi donc s’étonner de ce que beaucoup parmi eux tenteront aussi de rejoindre l’ « eldorado » européen à bord de pirogues et autres embarcations de fortune; et ce au prix de leur vie et au mépris des risques inhérents à une telle aventure ?

Le pire est que, lorsque vous êtes un noir ou un arabe, mais que vous ne vous reconnaissez pas dans l’imagerie grossière de ces échantillons de parvenus, lorsque vous ne vous identifiez pas à cette facétie et cette forfanterie d’un ridicule manifeste; lorsque vous allez passer tranquillement vos vacances sous le soleil et près de la famille au pays, et ce sans frimer, sans vous faire remarquer, sans vous la raconter, sans changer votre accent pour montrer que vous vivez aussi chez les blancs, eh bien les locaux qui ne sont pas habitués à cette simplicité somme toute singulière, ne manqueront pas de s’étonner quand ils ne vous riront pas au nez.

Et ce tout simplement parceque à leurs yeux, simplicité et discrétion chez quelqu’un qui vient du pays des blancs sont synonymes d’échec là-bas. Pour eux, vous n’êtes qu’un « faux mbenguiste », c’est à dire un raté de l’Europe. Celui là qui revient de France et est incapable de faire étalage de ce qu’il a, incapable qu’il est d’éclabousser les piétons pour bien montrer qu’il ne roule pas dans n’importe quelle voiture, incapable qu’il est d’offrir à boire et à manger à tout le quartier pour bien se faire voir, incapable qu’il est de déverser des billets de banque dans les mains de tous ces opportunistes qui n’attendent que ça pour faire son éloge. Voilà comment, le vertueux se trouve être l’objet des railleries, tandis que le vicieux suscite l’admiration et l’envie…

Le monde à l’envers ! Mais bon, ne leur en voulez guère, car c’est à cette image que beaucoup d’immigrés les ont habitués. En tout cas, je n’aurais de cesse de pointer du doigt ces immigrés frimeurs pour leur part de responsabilité indirecte dans les drames humains de l’immigration clandestine. En effet, en donnant l’impression de mener une vie de rêve, ces gros mythos entretiennent l’illusion que l’Europe c’est le paradis de l’argent facile. Une telle falsification de la vérité va ainsi créer un appel d’air à l’immigration illégale.

Et pourtant, ce n’est pas en disant la vérité à nos frères et sœurs restés au pays, qu’on perd notre honneur; bien au contraire ! Plus on grimpe dans l’arbre du mensonge et plus on devient fragile. Tôt ou tard, la vérité finit par vous rattraper, car on ne construit rien de durable dans l’imposture. Comme le disait Osman Dan Fodio « la conscience est une plaie ouverte, seule la vérité peut la guérir ».

Alors chers messieurs, puisque c’est de vous qu’il s’agit principalement, arrêtez de mentir sur vos vies en Europe ou en Amérique et dites à vos familles, amis, chéries et groupies restés au pays que rien n’est facile ici. Tout se gagne et tout se mérite. Tendancé ! © lachroniqueepicee.fr : Le Damoiseau

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau