Affaire Mboma – Womé Nlend: Les faits du dossier selon la cellule de communication de Hope Finance

Hope Finance est l’entreprise gérée par patrick Mboma et Jean Emmanuel Foumbi.

mboma-kameni-wome170513300.jpg

La cellule de communication de «Hope Finance» donne ici les faits du dossier et aussi la genèse de l’affaire. Jean Emmanuel FOUMBI est attaqué intuitu personne alors que les dettes ont été contractées au nom de la personne morale qu’est Hope Finance et dont l’acte d’emprunt a été signé par Patrick Mboma.

- Selon les clauses des contrats d'emprunts réguliers contractés par Hope Finance, en cas de litige, les parties (créancier et Hope finance) sont astreintes aux juridictions françaises. D’où vient-il donc qu’une dette contractée par Patrick Mboma pour le compte de Hope Finance soit imputée à Jean Emmanuel Foumbi?

- Mboma utilise la nationalité Française ou Camerounaise au gré des situations, or la loi Camerounaise n’autorise pas la double nationalité. Mboma se fait passer pour un Camerounais alors qu'il est Français(en France, il utilise son passeport Français). Car un français portant plainte contre un autre français, au sujet d'une personne morale française avec des actes signés en France, devrait attirer l’attention des hommes de loi et de ses soutiens.

- Mboma a produit un faux document dans sa sortie du 10 avril 2013 dans le journal Nouvelle Afrique. En effet, il produit un contrat citant Jean Emmanuel Foumbi es qualité DG, alors que c'est lui- même qui le signe comme emprunteur avec Wome prêteur. Le même document porte la date de Juillet 2010 alors qu’à cette période il était déjà dans le maquis.

- Mboma veut jeter l’opprobre sur son partenaire, Jean Emmanuel Foumbi qui pourtant lui a demandé maintes fois de procéder à la liquidation judiciaire de Hope Finance Cameroun dont il est encore PCA. Il lui est recommandé aujourd’hui de convoquer le Conseil d’administration y relatif mais il ne veut s’y résoudre. - Les actionnaires de Hope Finance sont solidaires et la léthargie de l’entreprise ne peut être imputée qu’à son principal responsable Patrick Mboma.

- La position de Patrick Mboma semble être une stratégie pour ne pas répondre du passif de la société Hope Finance Cameroun dont il avait la charge.

Nb- Certains actionnaires ont décidé de poursuivre Patrick Mboma pour faux et usage de faux.

La genèse de l’histoire

Tout commence en 2008, Patrick MBOMA en quête de reconversion envoie ses proches à la recherche d’une aubaine. Celle qui va davantage valoriser son actif et bonifier l’image de footballeur intello qu’il savait souvent faire valoir. Les personnes qu’il avait mandatées pour la trouvaille reviennent après investigation, lui faire bon écho de Hope Finance. Il s’agissait d’un concept innovant, avant-gardiste différent de tout ce qui lui était jusque-là présenté. Hope Finance, une SA encore en phase de R§D (recherche et développement) dont le siège social était logé en France sur les Champs Elysées depuis 2007.

Son DG est un Français d’origine Camerounaise, il se nomme Jean Emmanuel FOUMBI. Hope Finance proposait comme activité entre autres; le transfert de services, la création d’entreprise, le génie logiciel; l’inventivité étant au cœur de tout. Les perspectives sont propices à l’environnement dans lequel Mboma souhaite se retrouver après avoir parcouru triomphalement les stades de football. C’est alors qu’après analyse du dossier qui lui est présenté et qui manifestement offre toutes les garanties d’un bon investissement, il entre dans le capital en tant qu’actionnaire et exige le statut de DGA en France, ce qui lui est octroyé. Il redoutait probablement d'être déclassé par les acteurs de la première heure.

Lorsqu’au Cameroun s’installe une Française séduite par les premières recherches de Hope Finance, Patrick MBOMA à l’issu d’un Conseil d’administration est désigné PCA, les membres à ses côtés étant Me Ayatou Gaston, Mlle Rolland Sophie Julie et Hope Finance France. Les fonds mis en caisse après vérification de l'expert-comptable et certification du commissaire aux comptes, sont approuvés par lui, Patrick Mboma. Généralement il agit après consultation de ses nombreux Conseillers. Quelques mois après le début des activités de l’entreprise, l’administration pense renforcer la trésorerie pour besoin de fonctionnement et de développement. Patrick Mboma a déjà une solution : faire appel à ses anciens camarades footballeurs, ceux qu’il a souvent dissuadé de le rejoindre dans l’actionnariat. Manifestement en ayant en esprit que les dividendes à l’avenir seraient juteux. Il négocie donc des prêts notamment, à l’endroit de Pierre Wome NLend (400 000 Euros), Idriss Carlos Kameni (environ 149 000 Euros). Tout est arrangé entre Mboma (le footballeur intellectuel) et ses anciens coéquipiers. Le taux d’intérêt de ces prêts est de 20%: de l’usure! Pourtant selon la législation Française qui régit les pratiques en la matière, le taux d’intérêt courant est plafonné à 8,5%.

Tous les actionnaires se retrouvent devant le fait accompli; Mboma aurait flairé la poule aux œufs d’or. Les sommes empruntées sont versées dans le compte de l’entreprise pour son fonctionnement et non dans celui de Jean Emmanuel Foumbi (Fondateur et DG de Hope Finance France). Notons que cet argent est effectivement utilisé pour les besoins de l’entreprise dont Patrick Mboma assure la cogérance. Cependant, les difficultés s’accroissent, Hope Finance n’arrive pas à procéder au remboursement et les dettes sont rééchelonnées dont celles contractées par Patrick Mboma auprès de ses Camarades footballeurs ? pour le compte de Hope Finance. Celles des footballeurs en effet sont reconduites avec une prime de 5%. Entre-temps, Patrick Mboma est présenté comme l’icône de l’innovation, il s’en vante d’ailleurs, lorsqu’il rencontre les personnalités de l’Etat dont les membres du gouvernement. Il parcoure l’Afrique et le monde en se prévalent du titre de Champion de la micro finance et de l’innovation.

Toutefois la patience n’étant pas le propre des Africains, certains actionnaires las d’attendre les dividendes de leur investissement commencent à se décourager, ils se lancent dans d’autres activités en négligeant Hope Finance. Ils estiment que chercher, trouver et mettre le produit sur le marché est un processus trop long dont le gain n’est pas immédiat. Le PCA Patrick Mboma disparaît sans crier gare, abandonnant la structure à elle-même. Il reste sourd aux appels lancés par les autres actionnaires, la DG Française déçue, retourne en France et c’est ainsi que les différentes dettes contractées restent insolvables.

© Jeannette Eliane Tchamgoué | Cameroon-Info.Net

Commentaires (1)

1. daniel 21/05/2013

mboma need to revisit his stand point in this affair before making any public outing. I have followed the link http://www.youtube.com/watch?v=i_hyb8B_x7c&feature=youtu.be and I see that mboma wants just to nail down mr. Foumbi

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau