Affaire Iya Mohammed : nouvelle enquête à la Sodécoton

Une contre-expertise judiciaire ordonnée par le juge d’instruction est menée à Garoua. Dès l’ouverture de l’information judiciaire au Tribunal criminel spécial (Tcs), les avocats d’Iya Mohammed ont relevé des irrégularités dans le rapport d’expertise établi par des inspecteurs du Contrôle supérieur de l’Etat après une mission de contrôle à la Sodécoton.

Iya mohammed 3 512x384

Devant le juge d’instruction Evouh Ekanga, les conseils de l’ancien directeur général de la Sodécoton ont demandé qu’une contre-expertise judiciaire soit effectuée. Après l’audition du directeur général adjoint et du directeur des Affaires générales, qui, d’après des sources proches du dossier, semblent avoir blanchi l’accusé, le magistrat Evouh Ekanga a ordonné une contre-expertise du rapport du Consupe. Cette fois-ci, et sur insistance des conseils de Iya Mohammed, la mission a été confiée à des privés, notamment à trois cabinets d’expertise comptable agréés par la Cour d’appel du Centre, qui ont reçu mandat du juge d’instruction. Le travail de ces experts devait durer du 27 novembre au 27 décembre 2013. Soit un mois. Toutefois, en décembre 2013, ils ont fait savoir au juge d’instruction qu’ils avaient besoin de beaucoup plus de temps. Evouh Ekanga leur a ajouté un mois supplémentaire. Actuellement, la mission se trouve à Garoua au siège de la Sodécoton, où elle poursuit sa contre-expertise.

Son rapport est attendu le 27 janvier 2014 sur la table du magistrat instructeur. Après avoir reçu les conclusions des experts judiciaires dépêchés à Garoua, le juge d’instruction va notifier le rapport aux différentes parties (la défense d’Iya Mohammed et le parquet général) qui apporteront ensuite leurs observations. Ce n’est qu’après cette phase que, dans le secret de son cabinet, le juge d’instruction pourra se prononcer sur les chefs d’inculpation à retenir contre Iya Mohammed ou pas. En attendant cette ordonnance, le 19 décembre 2013, Evouh Ekanga a prorogé le mandat de détention provisoire d’Iya Mohammed de six mois supplémentaires.

Le premier mandat délivré le 18 juin 2013 ayant expiré le 18 décembre. Le code de procédure pénale prévoit alors que le mandat de détention provisoire peut être renouvelé deux fois. Sur la base du rapport du Consupe, Iya Mohammed répond d’une accusation de détournement de 13,7 milliards F.Cfa qui lui a été imputée en coaction avec des cadres de la Sodécoton. L’accusé doit notamment s’expliquer sur des avantages salariaux indus de 24,3 millions F.Cfa, d’avoir, en complicité avec Lucien Fotso (directeur comptable), Mahamat Karagama (directeur des Ventes) et Christophe Mbaiougam (en fuite) fait perdre à la Sodécoton 8,5 millions F.Cfa sur l’huile et les tourtereaux, d’avoir prélevé 7 millions F.Cfa dans un marché public.

Il est également reproché à Iya Mohammed, à Lucien Fotso et à Pierre Kaptene (président de Coton sport) d’avoir engagé des dépenses à hauteur de 4,7 millions F.Cfa au profit des associations sportives sans que cela ne soit compris dans l’objet social de la Sodécoton et sans l’autorisation du Conseil d’administration de ladite entreprise. Enfin, Iya Mohammed doit justifier le paiement d’une prestation injustifiée de l’ordre de 350 millions F.Cfa. Toutes ces accusations qui sont du reste contestées, peuvent être revues après le rapport des experts judiciaires.

© Le Jour : Eitel Elessa Mbassi

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau