Activisme: Me Alice Kom au front pour le «mariage pour tous» au Cameroun

L'Avocate des homosexuels camerounais était aux premières loges à la mairie de Montpellier, lors du premier mariage gay en France le 29 mai dernier.

alice-nkom-lne-0012-thn-475.jpg

Elle souhaite qu'exemple soit suivi par le Cameroun. «C'est l'Histoire qui nous attend, et nous devons aujourd'hui aller jusqu'à la signature de cette belle histoire». Ce sont les mots de Me Alice Kom, visiblement favorable à ce que le cas de Vincent Autin, 40 ans, et de Bruno Boileau, 30 ans, premier couple homosexuel marié en France, puisse inspirer les lois en vigueur au Cameroun.

Pour «entrer dans l'histoire», selon elle. Pour cette célèbre Avocate qui s'est donnée pour combat personnel la lutte contre l'homophobie, la défense des droits des homosexuels et le lobbying pour une dépénalisation, suivie d'une légalisation des actes homosexuels, «C'est important que la France du suffrage universel, pas celle que j'ai vu marcher contre des droits, mais celle de l'Assemblée nationale, du Conseil constitutionnel, ait pu gagner cette bataille», a confié l'Avocate des homos. Résolument très engagée, Me Alice Kom a révélé à des journalistes locaux en France que: «La France n'avait aucune raison de ne pas donner l'égalité du droit au mariage aux personnes homosexuelles.

Nous Africains, nous avons toujours vu la France comme le porte-étendard des droits de l'Homme. Alors, lorsque l'on voit un Jean-François Copé entre autres personnalités politiques défiler aux côtés des anti-mariages pour tous, c'est un traumatisme, ça plombe notre combat». Fin de citation. Maître Alice Kom, a également évoqué avec des journalistes français le cas de deux homosexuels pour lesquels elle a pris une défense acharnée ici au Cameroun. Acquittés en janvier dernier par la Cour d'Appel de Yaoundé, les deux hommes risquaient cinq ans de prison. «Le procureur a saisi la Cour Suprême.

Nous allons plaider l'application des droits internationaux universels. Ce sera un procès pour défendre les droits de l'Homme qui devrait préparer la dépénalisation de l'homosexualité car on ne peut pas condamner un droit universel, on ne peut pas priver quelqu'un de sa liberté, or la sexualité relève du privé». Et pas de la loi ou de la morale selon elle, apparemment. Pour plusieurs mouvements et défenseurs de la lutte contre la dépravation des mœurs au Cameroun, cela est une provocation très grave contre les lois camerounaises (l'article 347 bis du code pénal camerounais), les coutumes et la morale en vigueur dans nos sociétés traditionnelles camerounaises. Mais pour les mouvements anti-gays, opposés au «mariage pour tous» et à l'adoption d'enfants par des couples homosexuels en France, il y a cette phrase de Maître Alice Kom que tous qualifient tout simplement de stupide et insensée: «Je souhaite que les mariés soient heureux et aient beaucoup d'enfants».

Fin de citation. Du haut de toute la science juridique qu'on admire en cette Avocate, le souhait de voir Vincent Autin et Bruno Boileau (deux hommes) avoir «beaucoup d'enfants» est une illustration du degré de dérèglement que peut provoquer la fréquentation des homosexuels où la pratique d'actes homosexuels. En tout cas il est difficile de comprendre comment la nature peut permettre que deux hommes qui s'accouplent aient «beaucoup d'enfants». Si ce n'est par d'autres mécanismes qui mettent en péril l'avenir de l'humanité. Il en est ainsi de l'adoption d'enfants par des couples homosexuels, si chaudement revendiquée par des lobbies gays en France et pour laquelle la gauche socialiste est ...malheureusement favorable.

Dans son agenda, après le premier mariage homosexuel à Montpellier vendredi 29 mai dernier, Maître Alice Kom sera ce lundi 03 juin au Capitole, place Mairie d'Ales en France; à par¬tir de 19H00. Au programme: Diffusion d'un documentaire sur l'homophobie et le calvaire des homo¬sexuels au Cameroun, rencontre avec des lobbies homosexuels de France et activisme pour obtenir la dépénalisation de l'homosexualité et le vote d'une loi de type «mariage pour tous» au Cameroun. Sous la pression du gouvernement socialiste de France.

© ANATOLE BIHINA | L'Anecdote

Commentaires (1)

1. atif aslam 05/06/2013

va te faire enculé, miserable avocate

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/06/2013