Un million de Brésiliens succombent à un site pour adultères

Vous trouvez votre mariage ennuyeux, manquant de sexe? Inscrivez-vous sur le site web de rencontres extraconjugales Ashley Madison qui, un an après son arrivée au Brésil, compte déjà plus d'un million d'adeptes en quête d'aventures.

Crée il y a dix ans au Canada et présent dans 24 pays, c'est dans le géant sud-américain, qui vénère la sensualité, qu'Ashley Madison enregistre sa plus forte croissance. "Les Brésiliens sont très versés sur le plaisir, le sexe et le divertissement", explique à l'AFP Eduardo Borges, responsable du site dans ce pays de 194 millions d'habitants.

"Tout ceci allié au goût de la technologie, au besoin de communiquer et de connaître des gens", souligne-t-il, insistant sur le fait que ce site internet ne prône pas l'adultère mais offre des "alternatives pour le pratiquer correctement". C'est justement sur ce "savoir faire" qu'Ashley Madison base sa publicité, avec des campagnes faisant référence à certains des maris infidèles les plus célèbres, comme Bill Clinton et le Prince Charles.

"Nous avons commencé au Brésil fin août 2011. Je tablais sur 500.000 utilisateurs en un an mais on est arrivé à plus de 800.000, et fin 2012 il y en aura plus d'un million, une expansion bien plus forte que prévue", se réjouit le responsable du site. Avec 17 millions d'adeptes dans le monde -dont huit millions aux Etats-Unis et six millions au Canada- Ashley Madison a enregistré un chiffre d'affaires de 120 millions de dollars cette année, mais M. Borges a refusé de révéler quelle était la part du Brésil.

Le Brésil, fort de 80 millions d'internautes, est le second marché d'Ashley Madison en chiffre d'affaires", a-t-il toutefois précisé. Avant la fin de l'année, M. Borges espère ouvrir un bureau à Sao Paulo, le premier hors du Canada. Pour trouver l'âme soeur ou faire des rencontres fugaces, il existe une grande variété de sites web au Brésil, où sont aussi présents d'autres acteurs mondiaux du secteur comme eHarmony ou Second Love. Aventure garantie, ou remboursé Ashley Madison est né en pensant aux femmes.

Elles ne paient rien pour s'inscrire ni pour établir un contact avec les hommes. C'est à eux de payer pour l'envoi de messages, de petits coeurs ou utiliser d'autres techniques de séduction virtuelle. Les 100 crédits -qui permettent de contacter une vingtaine de femmes- reviennent à 25 dollars en moyenne. Photos torse nu, visages au regard pénétrant, adjectifs comme "sensible et tendre, créatif et aventurier", tous les moyens sont bons pour rentabiliser l'investissement. "Tu m'envoies une photo?", demande d'emblée Guto quand l"AFP le contacte.

Il est marié depuis 21 ans et a intégré le site en mars. Depuis, il a acheté 4.000 crédits. "J'ai dépensé plus que je ne le souhaitais mais j'ai réussi à avoir des contacts et j'ai eu deux très bonnes expériences", révèle-t-il . Après un an d'existence au Brésil, Ashley Madison a lancé le programme "amant garanti" pour que chaque personne inscrite soit sûre d'avoir au moins une aventure.

Dans le cas contraire, elle sera "remboursée". "Jusqu'à présent, personne n'a demandé à l'être", assure M. Borges. David Benoliel, responsable régional du site, affirme que son succès en Amérique latine, avec 1,6 million d'utilisateurs, est "surprenant" dans une région où les "tabous sociaux et religieux" sont pourtant nombreux. Ashley Madison est également implantée au Mexique, en Colombie, au Venezuela, au Chili, en Argentine et à Porto Rico.

Pour les responsables du site, une infidélité est la recette parfaite pour sauver un mariage usé en rendant la joie à un conjoint insatisfait. "S'il manque quelque chose dans ton mariage mais que tu ne veux pas divorcer, ici tu trouveras ce que tu cherches, nous ne créons pas la trahison, nous l'améliorons", explique M. Borges.

Source: AFP

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau