Yaoundé: Pour 3000 FCFA elle échappe à une fessée

Les habitants du quartier Nsam, au lieu dit Dakar en haut, ont vécu dans la soirée de dimanche 07 avril dernier une scène tout à fait particulière.

Une jeune fille, la vingtaine environ, a failli se faire copieusement tabassée par son «amant de passage». En fait, d'après certaines indiscrétions recueillies sur place, l'amant qui s'appelle Robert, jeune débrouillard, la trentaine sonnée et habitant le quartier, a fait la connaissance de la jeune Yvette au petit carrefour qui jouxte un bar du coin. La jeune fille prélassait seule devant le bistrot et rongeait ses ongles pour oublier la faim qui la tenaillait depuis quelques heures. Après avoir «conter fleurette» à la jeune fille qui ne demandait que cela, quelques échanges avaient suffit pour allumer la flamme d'amour dans le cœur de Robert pour qui, la soirée semblait déjà idyllique. Yvette, louangée par les avances de son vis-à-vis qui n'en finissaient plus, profitera de l'occasion pour lui faire part de sa préoccupation immédiate. Ce dernier acceptera de lui donner à manger et même à boire à condition que la jeune fille livre avec lui la plus fabuleuse séance d'écrasage comme on n'en a jamais vu dans les films Hollywoodiens.

Très maline, Yvette acceptera sans atermoyer, promettant à son ami de livrer «la chose» à bon port. Après avoir bu les deux bières et manger un énorme poisson braisé, Robert tenaillé par l'envie d'en finir avec cette fille qui avait osé déranger sa sensibilité, remettra à Yvette 3 000 Fcfa et l'invitera chez lui. Elle le suivra comme une ombre sans broncher. Toute la nuit, malgré les envies «pistachiques» et les caresses à répétition de son compagnon dont l'ivresse de faire l'amour rendait de plus en plus pithiatique, la jeune fille ne cédera pas. Face à la furie du jeune homme dont l'envie d'écraser était de plus en plus intenable, elle fera appel à sa tante qui volera à son secours dans les minutes qui suivront. «Je lui ai donné tout ce qu'elle a demandé et maintenant elle me raconte des histoires», dira Robert qui ne se retenait plus. Mise au parfum de cette histoire, la tante demandera à sa nièce de restituer au jeune homme tout ce qu'il lui avait donné ou à défaut de le satisfaire sexuellement comme convenu, car, un contrat, est avant tout un contrat et ce doit d'être respecté.

Cette dernière refusera catégoriquement de s'exécuter. Arguant que le jeune homme du fait qu'il soit laid et crasseux, n'est pas du tout à sa convenance. «Quand tu prenais pour manger, il était beau. Maintenant que tu dois livrer le match, tu dis qu'il est laid. Eh! Pardon, rembourse le gars d'autrui.» dira Marlyse, une jeune vendeuse de beignets et témoin de la scène. Face à la furie des habitants du quartier et sous la pression de sa tante, Yvette remboursera de moitié, Robert qui maudira le ciel de lui avoir permit de faire sa connaissance.

© Edouard Ngameni | La Météo

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau