VOL DE MOTO SOUS LA FENÊTRE DE PAUL BIYA

Palais etoudi220710300 1On pensait que le Palais présidentiel d’etoudi, dit de «l’Unité» était l’un des lieux les plus sûrs du Cameroun compte tenu des dispositifs sécuritaires mis en place par le Directeur de la Sécurité présidentielle (Dsp) le Général de division ivo desancio Yenwo et le Commandant de la Garde présidentielle (Gp)le lieutenant colonel raymond Jean charles Beko’o abondo.

Cette image d’une tour imprenable est désormais écornée. Sinon comment imaginer qu’un Maréchal-des-logis chef, en service à la Dsp et garde très rapproché du chef de l’état, se fasse délester de sa moto de marque ‘’Apache’’. ? le Palais présidentiel serait-il une passoire par laquelle tout quidam peut se mouvoir sans être inquiété ? les faits remontent au mois de février dernier alors que le pays est saisi par la frénésie des préparatifs du Cinquantenaire de la Réunification à buea. Après une journée de travail ordinaire, le « Margichef’ » est surpris de ne pas retrouver sa moto à l’emplacement habituel.

Elle est tout simplement portée disparue. Les recherches entreprises resteront infructueuses. la disparition de l’engin survient à un moment où le gendarme est endeuillé par le décès de sa maman survenu à Yagoua dans la Région de l’extrême-nord. en bon « béret rouge », il alerte les postes de gendarmerie sur l’ensemble du territoire. la démarche portera ses fruits puisqu’une semaine après le vol, la moto est retrouvée à ebolowa, dans la Région du Sud, par le Commandant de brigade.

Selon une source, le frère d’un élément de la Dsp est retourné à ebolowa la même semaine avec son trophée de chasse, se bombant le torse et se targuant de l’avoir acheté à Yaoundé la capitale, siège des institutions républicaines. Des soupçons pèsent sur l’un des camarades de service du sinistré de la Dsp puisque la clé de ‘’l’Apache’’ se trouvait sur le bureau.

Le présumé voleur reste introuvable, le commandant de brigade d’ebolowa étant peu convaincant lorsqu’il affirme que la moto a été retrouvée abandonnée. Qui essaye-t-on de couvrir ? Que se passerait-il si l’engin n’était pas retrouvé ? l’enquête en cours permettra d’établir les responsabilités. Des sanctions tomberont certainement.

© Source : Le Courrier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau