Quatre prêtres soupçonnés d’abus sur mineurs arrêtés en Espagne

Quatre prêtres soupçonnés d’abus sur mineurs dans l’archevêché de Grenade, dans le sud de l’Espagne, ont été arrêtés lundi, a annoncé le ministre de l’Intérieur Jorge Fernandez Diaz.

Pretre 472x266

“La police a arrêté ce matin et mis à la disposition de la justice quatre personnes, quatre prêtres impliqués dans cette affaire”, a déclaré le ministre à la radio nationale espagnole.

Une lettre envoyée au Pape

L’affaire a éclaté après qu’un jeune homme, aujourd’hui majeur, a adressé un courrier directement au Saint-Siège, accusant un groupe de religieux d’abus sexuels. “Cher Saint-Père, j’ai 24 ans et je suis membre de l’Opus Dei”. C’est ainsi que commence la missive adressé au Pape François, rapporte le quotidien El Pais. Le jeune homme, qui a fréquenté entre l’âge de sept et 18 ans la paroisse de Grenade où officiaient les prêtres, cite nommément quatre religieux.

“Les pratiques sexuelles les plus fréquentes allaient des massages aux masturbations et aux baisers sur la bouche”, rapporte le journal en citant le courrier. D’autres mineurs, filles et garçons, auraient pu souffrir d’abus sexuel, s’inquiète le jeune homme dans sa lettre, expliquant que d’autres religieux étaient au courant de ce qui se passait. Le pape François demande pardon à la victime Après avoir pris connaissance de l’affaire, le pape François aurait appelé directement le jeune homme pour lui demander pardon au nom de l’Eglise catholique, rapporte El Pais.

L’archevêché avait confirmé mi-novembre l’ouverture d’une enquête pour abus sexuels sur mineur visant un groupe de curés, suspendus de leurs fonctions. Depuis qu’il a pris la suite de son prédécesseur Benoît XVI, le pape François prône la tolérance zéro contre la pédophilie, fléau qui pourrait avoir fait des dizaines de milliers de victimes et a fortement discrédité l’Eglise catholique. La plupart des faits remontent aux années 1960 à 1980, et le scandale a été amplifié par la tolérance dont ont longtemps bénéficié certains prêtres criminels de la part d’une hiérarchie soucieuse de préserver d’abord la réputation de l’institution.

@7 sur 7

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau