Nigeria:Un bébé vendu dès le ventre de sa mère

Si le commerce des hommes a officiellement pris fin en Afrique, dans certaines parties du continent, certains faits sporadiques continuent par rappeler l’époque où des gens se vendaient pour de l’argent ou des objets.

grossesse300612300.jpg

Au quartier général de la Police à Lagos, la capitale économique du Nigeria, une jeune femme enceinte a reconnu le jeudi dernier qu’elle et son mari ont vendu leur bébé qui n’est pas encore née contre une somme 200.000 Naira soit 645.000 F cfa. Lors de l’interrogatoire, elle ajoutera qu’ils ont vendu deux autres enfants à 700.000 Naira soit une somme d’environ de 2.260.000 F Cfa. Vendeurs et acheteurs ont été tous arrêtés par la Police.

En remontant à l’origine des faits, la dame a révélé qu’au mois de mars dernier son mari a vendu dans l’Etat d’Imo le fils de leur voisin à un de ses partenaires qui lui a fait la demande. Surpris par cet aveu, le Commissaire a demandé à la dame comment elle se sentirait si on vend ses propres enfants. Surprise, elle révélera que « je suis enceinte de sept mois et à l’heure où nous sommes, mon mari a déjà vendu notre bébé à naître à 200.000 Naira ».

L’opposition de la dame par rapport à cette vente prénatale n’a servi en rien à dissuader son mari. Pour sa part, le mari qui a trompé sa cliente qu’il travaille dans un orphelinat, dira qu’il a vendu les enfants à une dame qui se charge à son tour de les revendre aux personnes qui peuvent bien prendre soins d’eux. Quand à la cliente, pour se défendre, elle a avoué avoir vendu les enfants à une femme stérile à titre humanitaire et non pour avoir de l’argent.

Le destinataire de l’un des enfants révélera qu’elle est restée sans enfant jusqu'à la mort de son mari. Pour avoir une progéniture, elle a préféré adopter un enfant mais au lieu des papiers justificatifs qu’on lui a promis c’est dans un Commissariat de Police qu’elle se retrouve. Ngozi Braide, le chargé des relations publiques de la Police a profité de l’audition de cette affaire pour rappeler les parents à la vigilance mais aussi les femmes en quête d’enfant à passer par le processus légal d’adoption au lieu d'acheter les enfants.

© koaci.com : Mensah

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau