Nanterre : les WC bouchés font tomber le plafond du commissariat

La vétusté des locaux, dénoncée par les syndicats, va entraîner la délocalisation d'une partie des policiers et l'installation de préfabriqués. Ce pourrait être un gag, mais la mésaventure ne fait pas du tout rire les policiers du commissariat de Nanterre.

4304893 wc commissariat

Lundi en fin de matinée, le plafond du premier étage s'est effondré sur les cellules de garde à vue. Personne n'a été blessé, mais l'occupant d'une de ces pièces a dû être déplacé. Selon le syndicat Alliance, c'est la conséquence directe d'un banal problème de plomberie. « Depuis trois semaines, les toilettes hommes, puis femmes quelques jours plus tard, situées à l'étage sont bouchées », dénonce un porte-parole. « On avait des odeurs insupportables, des fuites... Et maintenant le plafond qui lâche. Comment travailler dans de telles conditions ? » poursuit un policier. Epargné par le « dossier toilettes », le public n'a eu à pâtir que des fuites et des infiltrations d'eau dans les parties communes.

Des préfabriqués vont être installés dans la cour

Le premier tract d'Alliance, titré « Lamentable », remonte au 6 novembre. « Les conditions de travail se dégradent de plus en plus au commissariat de Nanterre. Les toilettes débordent et malgré les demandes du chef de service rien n'avance », pointait le document. Jean-Paul Pecquet, directeur territorial de la sécurité de proximité (DTSP) du département, s'est rendu au commissariat de Nanterre en fin d'après-midi. D'après un syndicaliste, il aurait d'ores et déjà annoncé l'installation de préfabriqués dans la cour, et la délocalisation des équipes d'investigation sur les commissariats La Garenne-Colombes et Rueil-Malmaison.

« Au moins, il a été réactif », salue un responsable d'Alliance. La cellule « travaux » de la DTSP et des experts de Veolia sont venus évaluer les dégâts. Les travaux de remise en état ont été évalués à trois semaines. Entre locaux en mauvais état et effectifs insuffisants, le fameux « mal-être des policiers » est bel et bien réel dans le département. Le mois dernier, des travaux d'urgence avaient été lancés au commissariat de Boulogne, un bâtiment qui date des années 1920 mis à disposition par la mairie. Une présence anormale de bactéries dans les canalisations d'eau avait été détectée.

@Le Parisien

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau