Mbalmayo: Le Dr Paolo Marelli Mordu par ses agresseurs

Alors qu’ils reviennent d’une balade familiale, la famille Marelli du Dr Paolo Marelli, directeur de l’hôpital Saint Luc de Mbalmayo est agressée et mordue par leurs bourreaux qui tentent de s’échapper avec leur véhicule.

C’est une histoire risible au premier abord, mais pourtant très sérieuse. Tout se passe dimanche 2 juin 2013, au quartier Mbockulu près de l'imprimerie St Paul à Mbalmayo, à quelques kilomètres de Yaoundé. La famille Marelli, du Dr Paolo Marelli est loin de se douter de ce qui va leur arriver, lorsqu’ils regagnent leur domicile aux environs de 19h, après une sortie en famille. La famille de 04 personnes, le père, la mère et leurs deux enfants (une fille de deux ans et demi et un garçon d’un an) sont des Italiens qui résident dans la ville depuis quelques années, pour les besoins de la profession du chef de famille, qui exerce en tant que médecin à l’hôpital Saint Luc de Mbalmayo, une œuvre d'une Organisation non gouvernementale (Ong) italienne, dénommée le Centro orientamento educativo (Coe).

Au moment où l’épouse descend du véhicule pour ouvrir le portail et que le Dr Paolo resté au volant tente une manœuvre pour garer la voiture, ils sont surpris d’être accompagnés à l’intérieur de leur maison par deux jeunes hommes inconnus armés de couteaux. Pris de cours, ils tentent de se défendre. Mais, c’était sans compter avec la tenacité des brigands. Se souciant peu de qu’ils avaient en face d’eux, les deux bandits envoyaient des coups de poing à la volée, assenant ainsi au passage, plusieurs de ces coups à l’épouse du Dr Paolo.

Ce dernier, voulant venir à la rescousse de son épouse, est très vite découragé par les deux jeunes hommes qui se jettent à leur tour sur lui et le mordent partout. Craignant que le léger vacarme attire bientôt l’attention des voisins, les deux agresseurs se sont ravisés et l’un d’eux s’est dirigé vers le fils Marelli, le menaçant de son couteau. C’est alors que le Dr Paolo les a suppliés d’épargner la vie de son fils et de prendre son véhicule. Chose qu’ils ont faite sans hésiter. Tout de suite, ils ont pris la route, en direction de Yaoundé, causant au passage 2 accidents à la sortie de la ville de Mbalmayo.

À leur passage, la police de la sécurité routière est intriguée par ce 4x4 qui roule sans plaque d’immatriculation (car, ils avaient pris le soin de la devisser pour la ranger dans la malle arrière du véhicule). C’est ainsi qu’ils sont interpellés et questionnés. Ils disent venir de la Guinée et se rendent à Yaoundé pour affaire. Il leur est ensuite demandé les papiers du véhicule, qu’ils ont présentés. Se sentant pris au piège, vu qu’il était évident à partir des noms que les papiers ne leurs appartenaient pas, ils ont été pris de panique et ont tenté de s’échapper. Mais, ils ont très vite été rattrapés par la police de la sécurité routière, qui les a conduits à la direction de la Police Judiciaire à Elig Essono, où ils méditent sur leur sort. le véhicule a été retourné à son propriétaire.

© Florette MANEDONG | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 12/06/2013