Jean Claude Pagal accusé d’avoir violé une mineure de 13 ans

La victime des frasques de Pagal et de son neveu, n’est nulle autre que la nommée Linda élève au collège de la retraite à Yaoundé.

Viol inceste 512x337

Il aurait fait consommer à cette dernière une substance qui l’aurait rendu inconsciente tout au long des pratiques qui lui ont été administrées par ses bourreaux. Du coup, la petite fille, jusqu’ici, ne se souvient de rien. La scène troublante s’est déroulée le 13 décembre dernier, au matin lorsque la petite fille, serait partie de la maison pour le collège la retraite. Ses heures de retour s’égrainaient peu à peu comme un chapelet quand sa maman a commencé à se faire des inquiétudes.

Cette dernière, voyant qu’à plus de 17 heures, sa progéniture n’est toujours pas de retour, a dû appeler le professeur titulaire qui lui confia au téléphone qu’effectivement, il y’ avait cours, mais que la classe de Linda, n’était pas concernée par ceux-ci. Qui plus est, la petite n’aurait pas été aperçue ce jour-là à l’établissement. La même rengaine a été servie par les autres enseignants. Poursuivant ses investigations, la maman de Linda sera soutenue par les mis de son époux. Ceux-ci, toute la nuit durant, ont organisé une battue dans la ville pour retrouver la petite Linda. De « Ya-fé » aux hôpitaux en passant par les morgues, la petite est introuvable.

Le lendemain matin, après les informations recueillies auprès de ses camarades, sa mère a appris qu’il se tramait une histoire de petits copains entre sa fille et le neveu de l’international Jean Claude Pagal. C’est alors qu’elle a pu retrouver le domicile de Pagal au lieu-dit Snec Emia. Arrivée sur les lieux en compagnie de quelques membres de sa famille, la mère de la petite Linda, a demandé à voir sa fille. Ayant obtenu l’autorisation de fouiller dans d’autres pièces de la maison, elle n’aura pas accès à la chambre de Pagal. Se renseignant chez le propriétaire des lieux, celui qu’elle accuse rétorquera qu’il ne connait pas de Linda. Ayant eu le temps de faire cacher la fille dans une maison du même quartier. Quand la mère a dû faire appel aux forces de l’ordre pour voir clair dans cette affaire, Jean Claude Pagal aurait fini par autoriser la mère à fouiller dans sa chambre. Une fois la gendarmerie sur les lieux, le neveu serait passé aux aveux complets. Ce dernier aurait dit avoir caché la petite dans un premier temps dans la chambre de Pagal, avant de la transporter dans un domicile du coin où elle a été retrouvée. Conduite à l’hôpital pour un bilan médical, les résultats feront état d’aucune Mst à priori, test de Vih négatif. Seulement, ces examens ont révélé des traces de saignement au-delà de l’hymen symbole de la virginité de la petite qui a été détruite.

Culpabilité

Les différentes parties ont été interpellées à la gendarmerie pour des dépositions. Après avoir entendu la mère de la fille, Pagal s’exclamera « Mon Dieu Linda a treize ans » ? Une déclaration qui cache mal sa culpabilité. Ce, avant d’avouer qu’il ignorait que Linda a 13 ans. Il aurait dit avoir vu venir la petite avec le neveu et aurait prétendu leur avoir demandé de partir avant d’aller dormir. Il aurait dit également qu’il n’a plus suivi ce qui s’est passé après lui. Au petit matin, lorsque le ton serait monté d’un cran, c’est pour protéger Linda qu’il l’aurait caché dans sa chambre. A ce sujet, des interrogations fusent pourquoi avoir nié ne pas connaître Linda dans un premier temps ? En outre, pourquoi avoir interdit à la famille de fouiller dans sa chambre lorsqu’elle est arrivée sur les lieux ?

Procureur

Des dépositions qui lui ont valu d’être gardé à vue. Selon des sources dignes de foi, le lendemain, un procureur dont l’identité n’a pas été révélée aurait instruit de libérer Jean Claude Pagal. La maman étant bouleversée par cet acte odieux commis sur sa fille, tient à dénoncer ce qu’elle catalogue comme un acte sectaire. Les voisins de Pagal quant à eux, sont quelque peu soulagés d’avoir vu enfin la gendarmerie se déployer dans ce domicile. Car ces derniers se plaignaient tout bas qu’ils voyaient un défilé de petites filles dans cette concession de l’ancien sociétaire de l’ancien Lion Indomptables. Toute chose que la mère considère comme un crime. Elle attend vivement que justice soit faite par ce qu’à 13 ans, la petite n’est pas mature. Plus encore après lui avoir fait consommer un stupéfiant, elle était inconsciente. Elle voudrait donc que le coupable de cet acte odieux, en paie le prix fort. Tout en appelant à la vigilance des parents d’élèves, elle souhaite que les autorités judiciaires du Cameroun, prennent acte de ces pratiques maléfiques et sataniques.

© Source : Le Soir

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau