DOUALA /Elle vient d'accoucher mais le bébé ressemble au voisin d’origine chinoise.

Madame Pougoué vient d’accoucher à la maternité de New Bell de la ville de Douala, le bébé est depuis lors, l’objet de toute les convoitises et des commentaires, pourtant depuis plus de 2 heures de temps la maman n’a pu sécher ses larmes.

Bebe chinois

Dans un premier temps, le personnel avait pensé à un coup d’émotion et de stress ou de douleur. Mais plus le temps passait, Pougoué était plus loquace et étalait ses inquiétudes face à la couleur de la peau de ce bébé. En effet, Pougoué qui est à son troisième bébé, avait depuis changé de vie et fleuretait désormais avec un Chinois, vendeur de pièces détachées d’automobile au quartier New Bell. La rumeur dans le quartier présentait ce dernier comme son amant. C’est donc cette rumeur, qui avait été apportée à Monsieur Pougoué depuis quelques mois.

Il a encaissé cette information jusqu’à la veille de l’accouchement de sa femme. C’est donc dans le véhicule qui transportait Madame Pougoue à la maternité que son époux s’ést confessé en ces termes : «Voilà que tu vas accoucher, arranges toi pour que le bébé ne confirme pas la rumeur qui te concerne ces derniers mois, sinon tu connais la suite… ». En effet, Monsieur Pougoué est Camerounais bon teint, beau et costaud, en plus il est réputé d’être un jaloux hors pair.

Il y a de cela quelques années Pougoue avait perdu sa première femme à la suite d’un accident de circulation alors que cette dernière se rendait chez un amant au quartier Bonabéri dit-il. En disant à sa femme qu’elle se débrouille à ce que le bébé ne ressemble à autre chose, il avait imaginé le pire. De part les apparences il y avait de quoi s’inquiéter, tellement le bébé est différent de son père et sa mère et drôlement, il ressemble trait pour trait au père de la rumeur.

Celui-ci est plutôt d’origine asiatique avec une forme de tête assez spécifique, des phalanges identiques et un nez conforme. Alors il n’est pas question pour Mme Pougoue de repartir dans ces conditions au domicile conjugal, sans des garanties, car malgré l’évidence des apparences, elle jure ne rien se reprocher. Cette affaire anime depuis lors les chaumières au quartier New Bell.

SOURCE : Le Démocrate

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau