Disparition: Le Collectif «Retrouvez Tchamba Ngassam Melvin» se mobilise

Le groupe de soutien coordonné par Raphaël Xavier Ndzana a lancé une pétition, pour sensibiliser l’opinion internationale et les autorités camerounaises et congolaises pour la réouverture de l’enquête

tchamba-ngassam.jpg

Le Collectif «Retrouvez Tchamba Ngassam Melvin», du nom de l’ingénieur camerounais qui a disparu dans la nuit du 7 au 8 avril 2011 à Zanaga, dans le département de la Lékoumou à Pointe Noire, s’adresse de nouveau à l’opinion publique et aux autorités congolaises et camerounaises, espérant qu'une nouvelle enquête soit ouverte, pour retrouver ce père de famille. Le groupe de soutien a donc initié une pétition sur Internet afin que: «les gouvernements congolais et camerounais fassent reprendre les enquêtes sur le terrain concernant la disparition mystérieuse de l'Ingénieur Forestier Camerounais Tchamba Ngassam Melvin» peut-on lire dans le propos préliminaire. Il précise en outre: «Nous sommes convaincus que Tchamba Ngassam Melvin soit encore en vie et si cela n’était pas le cas, nous voulons connaître toute la vérité sur sa disparition». Selon les responsables du «Collectif Retrouvez Tchamba Ngassam Melvin» un certain nombre d’incohérences, de points d’ombres et d’incompréhensions émergent des premières enquêtes, qui n’ont pas permis de faire la lumière sur cette disparition.

Raphaël Xavier Ndzana, coordonnateur du collectif, évoque l’une d’entre elles, dans un article intitulé : Pour une reprise des enquêtes au Congo Brazzaville afin de retrouver l’Ingénieur forestier Camerounais Tchamba Ngassam M et publié sur www.avaaz.org, le site des pétitions citoyennes. Le code de la famille congolais stipule dans son article 117 alinéa 2, que six mois après la disparition d'un individu, si ce dernier n'est pas retrouvé, il est considéré comme mort. Or, son employeur à peine quelques jours après sa disparition, alla en justice demander son certificat de décès au lieu de se préoccuper de sa recherche. Un employeur lucide et conscient ne saurait demander un certificat de décès de son employé au lendemain de sa disparition, alors qu’aucune preuve ne montre qu’il est décédé. lit-on. Raphaël Xavier Ndzana y précise en outre: «Toutes les pièces importantes de Tchamba Ngassam ont été trouvées sur son lit (Le passeport, alliance de mariage, ordinateur portable, lunettes médicales). La disparition de Tchamba Ngassam Melvin a été signalée aux autorités judiciaires de la localité seulement le 21 avril 2011.»

Dans le registre des incompréhensions, le coordonnateur du Collectif soulève deux questionnements majeurs: Comment comprendre aussi que le 11 avril 2011, les collègues qui étaient en mission de travail avec Tchamba Ngassam Melvin, devant être entendus sur procès-verbal, et gardés à vue ne le soient pas? Juste parce que le responsable de la Société GTG Congo de Pointe Noire aurait dit aux enquêteurs, que la disparition de Tchamba Ngassam est un problème de famille? Or, sa famille était au Cameroun? Avec cette nouvelle phase de sensibilisation et de mobilisation, le collectif espère pousser les autorités congolaises et camerounaises à se décider d’œuvrer enfin pour rendre à la famille anéantie de Tchamba Ngassam Melvin, leur proche ou alors la vérité.

Une disparition mystérieuse

L’ingénieur camerounais Tchamba Ngassam Melvin, 34 ans, employé de la Société Geospatial technology group congo (Gtgc) comme ingénieur Aménagiste, a mystérieusement disparu au cours d’une mission de travail, dans la localité de Zanaga où il devait effectuer un séjour pour la toute première fois. Le jeune ingénieur camerounais est marié et père de deux filles, qui attendent toujours le retour de leur papa.

Source:www.journaldebrazza.com

© Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 19/03/2013