Cameroun - Yaoundé: Pris pour un malfrat, un jeune homme échappe à la mort

Le jeune homme qui voulait se mettre à l’aise dans le voisinage, a été grièvement blessé par sa voisine qui l’a pris pour un malfrat tentant de s’introduire frauduleusement dans son domicile. Hyppolite a vu le pire dans la nuit de samedi à dimanche dernier.

Le jeune homme a cru sa dernière heure arriver lorsqu’il a reçu des violents coups de machette de sa voisine au quartier Obili, quartier situé dans l’arrondissement de Yaoundé 6. Pour l’heure, la victime est internée dans une clinique de la place où des soins lui sont administrés. Il présente en effet des larges entailles sur son poignet gauche sérieusement endommagé par la machette. L’histoire commence lorsque Hyppolite sort de sa chambre pour aller uriner derrière l’immeuble où il habite. Au moment de regagner sa maison, il rencontre alors le chien de ses voisins qui aboie, prêt à l’attaquer.

Sans tarder, il décide de rebrousser chemin et de chercher un autre moyen pour regagner son toit. Le jeune homme qui a toujours la bête à ses trousses, monte sur un véhicule sur lequel il décide d’attendre que le chien se calme. Les voisins propriétaires du chien alertés par ses aboiements sortent de leur maison pour connaître la cause de cette agitation à une heure aussi tardive. Lorsque le chef de la famille découvre Hyppolite sur la voiture, il le prend automatiquement pour un bandit. Le monsieur s’arme d’un gourdin et ordonne au jeune homme de descendre du véhicule «il m’a demandé ce que je faisais là, je lui ai répondu que j’étais le voisin, quand il m’a dit de descendre je lui ai dit que je ne pouvais pas à cause du chien. Il a insisté en menaçant mais je n’ai pas pu descendre toujours à cause du chien qui ne me lâchait pas une seconde » indique le blessé.

L’épouse du voisin arrive quelques temps avec une machette en traitant l’infortuné de voleur. Machette avec lequel elle frappe sans plus attendre sur le présumé voleur. Laquelle essaye de se protéger en parant les coups de ses bras. Malgré les cris de la victime qui soutient qu’il n’est pas un bandit, la voisine E. décidée à en finir avec ce dernier à qui elle continue d’asséner des coups de machette sur les bras, les avant-bras et le visage.

Dans un ultime cri, Hyppolite alerte les autres voisins « j’ai crié le nom de mon voisin et ami qui est arrivé. Il a dit à la dame que je suis un habitant de l’immeuble et non un voleur ». Malgré le témoignage de ce « sauveur », l’adjudant-chef ne veut rien entendre et soutient toujours qu’il s’agit d’un bandit qu’il faut conduire au commissariat et non dans un hôpital. Le jeune homme est d’abord conduit à la brigade de gendarmerie de Mvog- Betsi où il est entendu par les éléments de la brigade. La victime est ensuite conduite dans la clinique où il est toujours interné. Hyppolite est employé dans une société de la place et attend l’issue de l’enquête qui est en cours au commissariat auprès duquel il a déposé une plainte contre sa voisine pour coups et blessures.

© Vanessa TSANGA | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau