Cameroun - Yaoundé - Mvan: Une serveuse meurt dans une chambre d'hôtel

Le corps sans vie de la nommée Biyong Antoinette, a été retrouvé dans une pièce de l'hôtel «Ben-Bich» situé au lieu-dit «Tropicana».

Tout a commencé le mardi dernier 10 septembre 2013, lorsqu'un client d'un autre genre s'amène à l'hôtel aux environs de vingt-trois heures et demande à être logé dans la chambre la plus classe et la plus chère de l'hôtel. Il aurait également demandé à être servi par une seule employée. Ce client s'était fait enregistré sous le nom de Mendogo Harold Betanie. Comme Profession, il s'est fait passer pour un homme d'affaire faisant dans l'import-export et était de passage au pays de Roger Milla.

Il a choisi cet hôtel très calme et paisible afin de s'éloigner des bruits. C'est ainsi que, séduit par ces paroles flatteuses, le patron de l'hôtel va confier à ce client sa meilleure serveuse, Antoinette. Celle-ci se met ainsi au service du client pendant son séjour de deux semaines. Toutes les courses externes d'Harold Betanie seront effectuées par la jeune Antoinette. Ce qui n'inquiétait nullement, le patron de l'hôtel. D'autant plus que le «client» a versé le montant exigé. Au service du client, Antoinette décide donc de confier ses tâches à certains de ses collègues.

Ces derniers vont soupçonner l'existence d'une relation qui lierait le client à Antoinette. Selon les informations recueillies auprès des collègues d'Antoinette à la suite du forfait, quelques heures avant son décès, elle s'était rendue dans la chambre du client et serait ressortie quelques instants plus tard munie d'un sachet blanc dont le contenu est resté inconnu des autres. Elle esquissait un sourire qui ne cachait pas son bonheur. Quelques temps après, elle serait allée à nouveau dans la chambre du super client. Le lendemain qui suivait, le corps de la jeune fille a été retrouvé.

Des traces de spermes et les lésions sur le corps laissent croire qu'elle aurait été violentée par son bourreau. Après cet acte odieux, les contacts laissés par le super client ne passaient plus. Suite aux recherches effectuées sur le sujet, le nom donné par ce client était en fait, un faux nom. Il est actuellement porté disparu. Ce monsieur serait chef d'un réseau de trafic d’organes humain.

© Josué Raymond | Le Soir

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau