Cameroun - Yaoundé - Lycée d'Etoug-Ebe: Un enseignant distribue le Sida aux élèves

Il aurait été rattrapé par la police avant d'être relâché. Mintamack C. 39 ans et major de la trente neuvième pro¬motion de l'Ecole normale supérieure de Yaoundé, vient de s'inscrire dans la liste noire des enseignants en panne de vocation.

sida-vih-1.jpg

Son péché mignon: le harcèlement sexuel ailleurs et au sein d'un lycée de Yaoundé, où il officie depuis deux ans, selon des sources concordantes. A la trappe, six élèves. Ngo Biyem F. élève en classe de Première, raconte sa mésaventure: «C'est quand je faisais la classe de 3e pour la deuxième fois que le prof m'a approchée pour me demander d'être sa copine. J'ai d'abord refusé, mais par la suite, il a insisté en m'invitant chaque fois à des sorties. C'est à cause du fait que j'avais des problèmes avec mes parents que j'ai accepté de sortir avec lui. Il m'a amené dans une auberge du côté d'Ekié. C'est là qu'on a fait... sans se protéger, car il me disait de ne pas craindre, qu'il n'y a rien. Et voilà, quelques mois plus tard, je me retrouve séropositive. Il faut rappeler que c'était mon tout premier gars».

Autre victime, Tchinda C. étudiante en deuxième année de Faculté des Sciences à l'Université de Yaoundé I: «Je l'ai connu dans son groupe de répétition à l'école départementale de Melen. C'est là qu'il m'a fait la cour et, ne voulant pas payer les cours, j'ai accepté. Il m'a invité un soir à l'Hôtel prestige et je n'étais encore jamais allée dans un hôtel avec un homme. J'allais pour découvrir et c'est à la deuxième rencontre que nous sommes passés à l'acte. Je me disais que tout était normal. Et voilà, il y a un mois, je vais faire des examens, j'apprends que je suis séropositive. Je suis certaine que c'est lui. Quand je lui ai dit cela, il n'avait pas l'air étonné. Il m'a simplement répondu qu'il ira faire lui-même faire son test.

Pourtant, c'était faux. Une autre qui l'appelait "grand prof", et serveuse dans un bar de la place, est également tombée dans le panneau: «Quand j'habitais encore au centre, je l'ai connu dans les cours de répétitions. Je lui ai dit que je n'avais plus d'argent pour continuer et il a proposé de me venir en aide en payant mes cours. La première fois, il a payé pour trois mois et j'ai fréquenté sans problème. Je faisais les cours dans une école privée, située à la montée du centre. Chaque jour, après les cours, vers 20 heures, il venait me chercher et on rentrait ensemble. Il m'amenait toujours chez lui, au niveau du Cradat. C'est là qu'on faisait...tu comprends... Après cela, j'ai décidé d'arrêter avec l'école et de chercher un travail. Il m'a donc envoyé chez l'un de ses amis qui tient un bar. Un jour, son ami me demande si j'ai déjà couché avec lui et quand j'ai dit oui, il a poussé un cri de stupeur, sans plus rien dire. J'ai eu un sentiment et suis allée faire mon dépistage et on m'a dit, quelques jours après, que j'étais séropositive.

J'ai failli me suicider, mais le docteur m'a conseillé, et je suis un peu libre maintenant et j'apprends à vivre avec». Trois autres anciennes élèves de cet enseignant dangereux, croupissant sous le même poids de la souffrance, ont requis l'anonymat. L'une d'elles, âgée de 22 ans, nous a confié que ses parents ne sont pas encore au courant de son statut sérologique, car ce sera un très grand scandale et une déception, s'ils apprenaient que leur fille unique et sur qui ils comptaient est perdue.

Et tout dernièrement, Mvondo A. une des victimes, qui n'a pas souhaité se confier au journal, a déposé une plainte contre son présumé bourreau, pour contamination préméditée. La lenteur administrative aidant, le sieur Mintamack prendra la poudre d'escampette avant d'être rattrapé par les éléments du commissariat du 9e arrondissement de Yaoundé. Après audition, il sera malheureusement relâché. Vivement que le mis en cause soit de nouveau pris afin de répondre de ses actes.

© José Raymond Nguemadjé | Le Soir

Commentaires (1)

1. jordan 09/10/2013

le gros coeur va vous tuer vous les filles! à cause de je ne sais combien, vous voilà malade à vie! je n'en veux meme pas à ce prof, mais à ces stupides filles ki malgré leur nivo scolaire et tout ce ki se dit à la télé,la radio là protégez vous le sida est dehors,parceke kan ce nè pas la grossesse, c le SIDA hein, fo le préciser! elles n'écoutent pas! mem entre mari et femme, il y'a utilisation de préservatif, combien de fois avec kelkun coe ce prof ki nè là que pour quelques parties de jambes en l'air! kan mem les gos, le matériel vous avais mem fai koi non, voilà le résultats! et je vous prie de ne pas distribuer à votre tour! s'il vous avait violé, on aurait dit kil est un criminel, mais là vous ètes autant responsable ke lui, je ne mache pas mes mots parceke je suis chokée, kojourdui, des filles de yaoundé fassent encore des bétises pareilles! avec tout ce ki est dit dehors sur le VIH! mais suis pas non plus cruelle soyez fortes et courageuses, et dites vous kil y'a des maladies ki tuent aujourdui plus ke le sida, suivez seulement bien le traitement et tout ira pour le mieux.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau