Cameroun : Une fausse militaire appréhendée à Yaoundé

Matilda Sumu, démasquée samedi malgré ses attributs de caporal de la Garde présidentielle. Naïve ou joueuse ?

prisonnier-en-menotte.jpg

Difficile à dire. Toujours est-il que c’est une jeune fille bien triste que des éléments du Secrétariat d’Etat à gendarmerie (SED) sont allés chercher dimanche au carrefour Boumnyebell, pour être gardée à vue à Yaoundé. Matilde Sumu, 21 ans, callboxeuse, habitant le lieu dit « Coron » à Yaoundé, a été prise en uniforme militaire samedi matin dans un bus de transport en commun. Le véhicule parti de Yaoundé allait dans le Sud-Ouest, notamment à Ekondo-Titi, destination finale du faux caporal de la Garde présidentielle (GP). Sauf qu’arrivé à Boumnyebel, le bus transportant la jeune fille est stoppé par un détachement de prévention routière de la gendarmerie nationale, « juste pour un contrôle de routine et de sensibilisation », selon le chef dudit détachement, le lieutenant colonel Brigitte Biwole.

Elle explique qu’elle est montée à bord en compagnie d’un de ses éléments et tout de suite, ils sont interpellés par une dame, employée de la Conac, lui indiquant que la jeune fille en uniforme de la GP à l’arrière du bus leur semble louche. Celle-ci n’a cessé de se vanter d’appartenir au corps, montrant des photos d’elle en uniforme et des exemplaires de « Bottes rouges », le magazine d’informations et de liaisons de la GP. Après contrôle, la jeune fille se révèle effectivement être une usurpatrice de titre. Matilde Sumu, mère de deux enfants, explique pour sa défense que les attributs qu’elle arborait encore au moment de son transfert sur Yaoundé appartiennent à un ex-amoureux, qui les aurait abandonnés chez elle après leur rupture.

Elle assure également qu’elle ignorait qu’il est grave d’arborer ces vêtements. Vrai ou faux, nul n’est censé ignorer la loi... La jeune fille est pour le moment gardée à vue pour port illégal d’effets militaires, un acte passible de poursuite au Tribunal militaire avec des peines privatives de liberté.

© Cameroon Tribune : Félicité BAHANE N.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau