CAMEROUN: UN JEUNE ENSEIGNANT SE FAIT TABASSER COPIEUSEMENT PAR DES PROSTITUÉES À DOUALA

Partir s’offrir une partie de plaisir princier chez des prostituées et y retourner chez soi avec des bosses sur le visage, tel est le triste sort plein de contraste, qui a frappé N .E, enseignant âgé d’environ 20 ans, domicilié à Bonaberi à Douala au Cameroun.

Afficher l'image d'origine

Selon une source, dans la nuit du mercredi 1er au jeudi 19 novembre 2015, N.E, célibataire endurci de son état, voulant satisfaire sa libido, s'est déporté dans le quartier Deido dit Plage  qui abrite un grand nombre de professionnels du sexe. Son choix s'est porté tout de suite sur une prostituée à qui on attribue les initiales A.L. Vu quelle répond parfaitement aux critères qui sont les siens pour s’offrir une partie enflammée de taille.

Rapidement, voici la prostituée et son client qui s’enferment à double tour pour des ébats sexuels. On nous apprendra que N.E qui avant de se rendre à Deido plage a d'abord posé ses valise au rond Point Deido chez Amougou où il a un peu trop levé le coude auparavant.

Vu l'intensité de 2 heures de travail avec la prostituée, N.E n'a pas toujours pu atteindre l'orgasme. Mais comprenant qu’il a vraiment fait souffrir la catin qui n’en pouvait plus de supporter ses violents coups de reins, le jeune enseignant décide tout de même d’honorer la passe. Pour ce faire, il tend à la jeune dame, un billet de 10 000 F Cfa.
Sur le point de quitter les lieux, il réclame sa monnaie qui est de 5 000 F Cfa. Mais sa partenaire lui rétorque que pas un seul kopeck ne lui sera rétrocédé à cause de son séjour intense et prolongé dans sa chambre. 

Une chaude dispute qui s’engage alors entre les deux protagonistes, vire aussitôt à une bagarre. Se voyant en difficulté du fait de la corpulence de son vis-à-vis, la fille de joie bat le rappel de ses consœurs qui, par solidarité, viennent en masse. Munies de divers objets contondants, les «pétasses» déchaînées, se ruent sur le pauvre enseignant sur lequel elles font abattre une pluie de coups.

Cet enseignant affirmera lors de la séance de consultation chez le médecin qu'il a été agressé par des brigands, tout en oubliant que la nouvelle avait déjà fait le tour de la ville et était devenu le sujet de conversations dans les gargotes du coin. Comme quoi, il faut toujours avoir la monnaie exacte quand on s'aventure dans une entreprise similaire. Aussi, éviter l'abus d'alcool car, cette molécule dite de la joie nuit à la santé quand on la consomme à l'excès....Trêve de bavardage.... Bon vendredi et à vendredi

© Camer.be : Yolande Tankeu

Commentaires (1)

1. ahmadbilali 22/11/2015

Trop marrant

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau